L'ONU signe un accord avec le NEPAD pour lutter contre le sida en Afrique

Ibrahim Assane Mayaki du NEPAD (à gauche) et le Directeur exécutif d’ONUSIDA, Michel Sidibé, signent un accord à Addis Abeba, en Ethiopie. Photo ONUSIDA/Jiro Ose

28 mars 2012 – Les Nations Unies et le Nouveau partenariat pour le développement en Afrique (NEPAD) ont signé mercredi un accord pour promouvoir des réponses durables au VIH/sida et à d'autres questions liées à la santé et au développement sur le continent africain.

L'accord entre le Programme commun des Nations Unies sur le VIH/sida (ONUSIDA) et le NEPAD prévoit de travailler avec des partenaires locaux afin de formuler une position commune en Afrique face au sida qui repose sur un mécanisme de financement durable.

« Ce nouveau partenariat nous rapprochera de notre objectif de zéro nouvelle infection, zéro discrimination et zéro décès lié au sida », a déclaré le Directeur exécutif de l'ONUSIDA, Michel Sidibé, devant les journalistes rassemblés à Addis Abeba, en Ethiopie, pour la cérémonie de signature de l'accord.

L'ONUSIDA et le NEPAD travailleront ensemble pour surmonter les contraintes dans l'accès aux soins, pour faciliter la mise en place de politiques et de partenariats pour éliminer de nouvelles infections chez les enfants, pour améliorer la santé maternelle, pour renforcer les responsabilités nationales dans la lutte contre la maladie et pour encourager la coopération sud-sud.

Le Directeur du NEPAD, Ibrahim Mayaki, a déclaré que la responsabilisation de chaque pays est primordiale pour avancer dans la lutte contre le sida au cours de la décennie à venir. « Les partenariats pour le développement peuvent seulement aboutir s'ils sont menés par des pays en développement », a-t-il indiqué.

« Les programmes de lutte contre le sida doivent être financièrement durables sur le long terme et conçus sur mesure pour des cadres nationaux spécifiques », a-t-il ajouté.

Selon l'ONUSIDA, l'Afrique sub-saharienne porte le plus lourd fardeau du monde en termes de VIH/sida. En 2010, près de 68% des personnes infectées par le virus habitaient en Afrique, un continent qui abrite juste 12% de la population mondiale.

Actuellement, environ deux-tiers des investissements dans la lutte contre le sida viennent de sources extérieures. Le continent aura besoin d'environ 11 à 12 milliards de dollars d'ici à 2015, soit trois à quatre milliards de plus par rapport au niveau actuel.


News Tracker: autres dépêches sur la question

Navi Pillay rappelle l'importance des droits de l'homme dans la lutte contre le sida

En savoir plus


Coup de projecteur