Le chef de l'Assemblée générale appelle à lutter contre l'esclavage moderne

26 mars 2012 – A l'occasion de la commémoration de la Journée internationale du souvenir des victimes de l'esclavage et de la traite transatlantique lundi au siège de l'ONU à New York, le Président de l'Assemblée générale des Nations Unies, Nassir Abdulaziz Al-Nasser, a rappelé que l'esclavage a entraîné des inégalités sociales et économiques profondes.

« Nous sommes ici pour reconnaître la longue souffrance des victimes innocentes et le courage des héros, des résistants et des survivants de l'esclavage et de la traite. Nous célébrons le courage de ces innombrables femmes et hommes qui se sont rebellés contre cette pratique cruelle et brutale, afin de retrouver la liberté, la dignité et l'indépendance », a déclaré M. Al-Nasser dans un message lu à l'Assemblée générale par son chef de cabinet.

La traite transatlantique des esclaves, qui a marqué l'un des chapitres les plus sombres de l'histoire humaine, a duré 400 ans, malgré une vive résistance par des millions de personnes asservies.

Le thème de la Journée de cette année, « honorer les héros, les résistants et les survivants » a pour but de rendre hommage au courage des hommes et des femmes qui ont vaillamment combattu les pratiques inhumaines de l'esclavage.

La traite transatlantique des esclaves, souvent connue sous le nom de commerce triangulaire, reliait entre elles les économies de trois continents : Europe, Afrique et Amériques. On estime entre 15 et 20 millions le nombre de personnes, hommes, femmes et enfants, à avoir été expulsés de leurs maisons et vendus comme esclaves dans les différents systèmes de commerce des esclaves.

L'article 4 de la Déclaration universelle des droits de l'homme stipule que « Nul ne sera tenu en esclavage ni en servitude; l'esclavage et la traite des esclaves sont interdits sous toutes leurs formes ». Pourtant ce fléau existe toujours sous des formes différentes.

« Les formes contemporaines de l'esclavage et des pratiques assimilables à l'esclavage ont émergé sous forme de racisme, de traite des êtres humains, d'exploitation sexuelle, de travail des enfants, de mariages forcés et de recrutement forcé d'enfants soldats », a mis en garde M. Al-Nasser.

Le Président de l'Assemblée générale a rappelé que tout le monde a un rôle à jouer pour éradiquer les formes modernes de l'esclavage, y compris le secteur privé, la société civile et les individus. Ce n'est pas seulement une affaire concernant les gouvernements.

« C'est pourquoi j'ai convoqué un dialogue interactif sur 'la lutte contre la traite : partenariats et innovations pour mettre fin à la violence contre les filles et les femmes' le 3 avril ici à New York », a dit M. Al-Nasser.


News Tracker: autres dépêches sur la question

L'ONU rend hommage aux héros et survivants de la traite des esclaves

En savoir plus