Malaisie : Ban Ki-moon salue la réduction de la pauvreté en respectant la diversité

Le Secrétaire général Ban Ki-moon et son épouse Yoo Soon-taek rencontrent une patiente atteinte de tuberculose lors de leur visite en Malaisie. Photo ONU/E. Debebe

22 mars 2012 – Le Secrétaire général des Nations Unies Ban Ki-moon a félicité jeudi la Malaisie pour les grands progrès atteints dans la réduction de la pauvreté, en ajoutant que le pays devrait partager ses expériences avec le reste du monde pour faire avancer le développement dans d'autres pays de l'hémisphère sud.

« Vos expériences peuvent aider d'autres pays, et j'exhorte la Malaisie à identifier des façons de renforcer la coopération sud-sud », a déclaré M. Ban dans un discours à l'Institut diplomatique et des relations internationales dans la capitale malaisienne, Kuala Lumpur.

Le Secrétaire général a souligné que la Malaisie a réussi à faire des progrès impressionnants pour atteindre les Objectifs du millénaire pour le développement (OMD) et ce avant le délai prévu de 2015.

« Des millions de personnes sont sorties de la pauvreté. Mais avec le succès vient la responsabilité. C'est votre chance de prendre le contrôle », a-t-il indiqué, en précisant que la Malaisie doit maintenant concentrer ses efforts pour trouver des moyens de faire avancer le développement durable dans les domaines économique, social et environnemental.

Lors d'une conférence de presse commune avec le Premier ministre Mohd Najib ibn Tun Haji Abdul Razak, le Secrétaire général de l'ONU a salué les efforts de la Malaisie pour préserver l'unité nationale tout en respectant la diversité de la population.

« La Malaisie est un pays multiethnique, multiculturel et multiconfessionnel. La promotion de l'unité dans la diversité, d'une Malaisie entre les Malaisiens est une idée riche, non seulement pour le peuple malaisien mais pour toute la région. C'est exactement ce que l'ONU cherche à promouvoir au niveau mondial », a souligné M. Ban.


News Tracker: autres dépêches sur la question

Malaisie : des experts critiquent un projet de loi contraire aux droits de l'homme

En savoir plus