L'ONU exhorte à développer le monde rural pour réduire la pauvreté

Le Président du FIDA Kanayo F. Nwanze. Photo: FIDA

22 février 2012 – Le Président du Fonds international pour le développement agricole (FIDA), Kanayo F. Nwanze, a appelé mercredi à concentrer les efforts sur le développement rural pour sortir de la pauvreté près de 90 millions de personnes à travers le monde d'ici à 2015.

« Le moment est venu pour les petits agriculteurs de jouer le rôle qui leur revient en apportant leur contribution à la croissance économique et à la sécurité alimentaire », a dit M. Nwanze dans un discours lors de la 35ème session du Conseil des gouverneurs du FIDA, qui se déroule à Rome, en Italie, pendant deux jours.

Le thème de cette réunion est « Agriculture familiale durable : nourrir le monde, préserver la planète ». Le choix de ce thème est dans le droit fil de la prochaine Conférence des Nations Unies sur le développement durable à Rio cet été et « reflète l'incidence qu'à la dégradation de l'environnement sur l'agriculture et les petits agriculteurs », a dit M. Nwanze.

« Avec une population mondiale qui devrait atteindre 9 milliards d'ici à 2050, la demande de denrées alimentaires ne peut que croître au cours des prochaines années. Notre mission est de permettre aux petits agriculteurs, et à tous ceux qui vivent en milieu rural, d'être partie intégrante de ce secteur en pleine croissance en exploitant leur potentiel », a ajouté le Président du FIDA. « Lorsque ces agriculteurs sont reconnus en tant que petits entrepreneurs, lorsqu'ils ont accès à des ressources et à des moyens plus appropriés, lorsqu'ils ont accès aux marchés et à un environnement porteur, ils sont à même de transformer leurs communautés et leur propre existence, et partant, le monde entier. »

Kanayo F. Nwanze a notamment estimé que le FIDA avec son Programme d'adaptation de l'agriculture paysanne avait un rôle crucial à jouer pour aider les petits exploitants agricoles à s'adapter au changement climatique.

Il a souligné l'importance des femmes, qui de plus en plus prennent en charge les exploitations et les travaux agricoles « Nous leur accorderons la priorité », a-t-il dit.

« Il nous faut aussi prendre en compte les besoins des jeunes, valoriser leur formidable énergie et leur ouvrir des perspectives, surtout en milieu rural », a-t-il ajouté. « C'est en créant toute une gamme de possibilités d'emploi pour les jeunes des zones rurales que l'on pourra freiner l'exode des populations vers les villes ou à l'étranger. »


News Tracker: autres dépêches sur la question

Libéria : les producteurs de cacao et de café vont bénéficier d'un prêt de l'ONU

En savoir plus





Coup de projecteur