Maroc : des experts de l'ONU appellent à créer sans délai l'Autorité pour la parité

Une femme âgée (Maroc)

21 février 2012 – Le Groupe de travail des Nations Unies chargé de la question de la discrimination à l'égard des femmes dans la législation et dans la pratique a exhorté mardi le gouvernement du Maroc à consolider et à développer les avancées réalisées depuis dix ans dans le domaine d'égalité des genres en établissant sans attendre l'Autorité pour la parité, en accord avec les standards internationaux.

« L'égalité des genres doit être au cœur du processus de transformation politique et sociale au Maroc », ont déclaré Kamala Chandrakirana et Emna Aouij, deux expertes du groupe, lors d'une conférence de presse à Rabat au terme d'une visite de huit jours dans le pays.

« Malgré de nombreuses priorités pressantes du gouvernement, la rédaction de la loi qui établira l'Autorité pour la parité doit commencer au plus vite et prendre en compte l'ensemble des parties prenantes », ont-elles ajouté.

Pendant sa visite, le groupe d'experts a collecté des informations sur le cadre législatif concernant la promotion de l'égalité des genres et l'élimination des discriminations contre les femmes, sur la mise en œuvre des lois pertinentes, et sur la réponse aux failles en matière de protection juridique.

Les experts ont remarqué que malgré des progrès considérables obtenus grâce à plusieurs réformes législatives, des mesures discriminatoires continuent d'exister, y compris dans le code de la famille, et en particulier concernant le mariage, le divorce, la garde des enfants et les questions d'héritage.

« Des failles importantes ont été identifiées dans la protection juridique au Maroc pour les femmes victimes de violences conjugales, pour les femmes et les filles employées comme domestiques et pour les travailleuses migrantes. Les femmes pauvres et issues des milieux ruraux doivent faire partie intégralement du processus de réformes historique que traverse le pays », ont dit les experts.

« Des programmes nationaux sont primordiaux pour intégrer les droits de l'homme dans le développement et assurer une démocratie participative au niveau local. Jusqu'à présent le développement a surtout bénéficié aux hommes », a poursuivi le groupe d'experts.

Les experts ont également noté que des obstacles culturels et sociaux empêchent les femmes de bénéficier pleinement de leurs droits humains au Maroc et ils ont exhorté le gouvernement à faire usage de tous les moyens à disposition, dont l'éducation et les médias, pour lutter contre les stéréotypes négatifs à l'égard des femmes.


News Tracker: autres dépêches sur la question

Maroc : l'ONU salue le déroulement pacifique des élections

En savoir plus





Coup de projecteur