Une conférence de l’UNESCO sur le journalisme à l'ère du numérique

La Directrice générale de l’UNESCO, Irina Bokova. Photo: UNESCO/Ania Freindorf

16 février 2012 – L'Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO) accueille jeudi et vendredi une conférence réunissant des professionnels et des responsables des médias, des universitaires, des experts du droit des médias et des représentants des organisations de défense de la liberté de la presse pour discuter de l'avenir du journalisme dans un environnement numérique.

Intitulée « Le monde des médias après Wikileaks et News of the World », la conférence est organisée par l'UNESCO et l'organisation non gouvernementale, le Comité mondial pour la liberté de la presse. Son objectif : mesurer l'impact sur le journalisme professionnel, avec ses pratiques, ses traditions et ses normes établies, des approches et des acteurs nouveaux désormais à l'oeuvre dans le monde numérique, précise l'UNESCO dans un communiqué de presse.

On estime que le nombre d'utilisateurs d'Internet atteignait deux milliards en 2011 et on recensait près de 156 millions de blogs publics, ce qui constitue une nouvelle forme de communication initiée par des journalistes citoyens.

Les participants de la conférence doivent s'intéresser aux effets de la diffusion de milliers de câbles diplomatiques par le site Wikileaks et du scandale des écoutes téléphoniques qui a touché le journal britannique News of the World. Ils doivent envisager des pistes pour réconcilier liberté d'expression et normes professionnelles et éthiques dans un environnement numérique.

Evoquant l'objectif de l'UNESCO, inscrit dans son Acte constitutif, de promouvoir « la libre circulation des idées par les mots et par l'image », la Directrice générale de l'UNESCO, Irina Bokova, déclare dans un message aux participants que « la réalisation de cet objectif nécessite une constante réactualisation de la réponse aux événements, aux développements politiques et au nouvel environnement des médias. » « Cela soulève d'importantes questions – des questions à propos de la régulation et de la sécurité, à propos de l'équilibre entre expression et responsabilité, entre la nécessité de rendre des comptes et la crédibilité », ajoute-t-elle.

Le programme de la conférence prévoit six débats qui seront notamment l'occasion d'envisager comment les professionnels des médias abordent l'environnement numérique ; le professionnalisme et l'éthique dans le nouvel environnement médiatique après Wikileaks et News of the World ; la liberté d'expression sur Internet.

Il s'agit de la deuxième conférence de l'UNESCO sur les défis posés par les médias numériques au journalisme. La première, intitulée « Les nouveaux médias et la liberté de la presse », s'était tenue il y a cinq ans.

Ces deux événements s'inscrivent dans le cadre des activités de l'UNESCO dans le domaine de la communication et de l'information pour promouvoir la liberté d'expression, la liberté de la presse et l'accès à l'information.

La conférence est coparrainée par l'Association mondiale des journaux, le World Editors Forum et l'Institut international de presse, avec le soutien du groupe éditorial JP-Politiken (Copenhague, Danemark) ; le Programme média de la Fondation Open Society (Londres, Royaume-Uni) et la Fondation Nicholas B.Ottaway (New York, Etats-Unis).


News Tracker: autres dépêches sur la question

L'UNESCO condamne le meurtre d'un propriétaire de journal thaïlandais