L'ONU appelle le secteur privé à investir dans les énergies durables

Des panneaux solaires. Photo credit: Shutterstock

12 janvier 2012 – A l'occasion d'un sommet sur le risque climatique et les solutions énergétiques au siège de l'ONU à New York, le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a appelé jeudi le secteur privé à contribuer à la transition globale vers les énergies vertes.

« L'énergie est centrale pour le changement climatique. Elle est également au cœur de nos efforts pour faire progresser le développement, la santé et la sécurité. Afin de faire des progrès dans tous ces domaines nous devons fournir une énergie durable pour tous », a déclaré Ban Ki-moon dans un discours lu par le Sous-Secrétaire général de l'ONU pour la planification des politiques, Robert Orr.

« C'est pourquoi j'ai créé l'Initiative de l'énergie durable pour tous. L'objectif est de rechercher à mobiliser l'ingéniosité et les ressources du secteur privé pour forger une énergie accessible, efficace, économique pour les deux prochaines décennies », a-t-il ajouté.

Il a rappelé les trois objectifs de l'Initiative : garantir l'accès universel à des services énergétiques modernes ; doubler le taux d'amélioration de l'efficacité de l'énergie et doubler l'utilisation des énergies renouvelables.

« Nous avons besoins de tout le monde autour de la table : les investisseurs, les chefs d'entreprises, la société civile, les experts techniques et les praticiens travaillant ensemble pour une cause commune », a plaidé Ban Ki-moon.

Il a exprimé son espoir de voir de nombreux investisseurs au mois de juin prochain lors de la Conférence pour le développement durable qui se tiendra à Rio de Janeiro, au Brésil,

« Rio offre une formidable chance pour étendre les opportunités renforcer l'équité et protéger l'environnement », a expliqué Ban Ki-moon.

Il a également souligné que dans la période d'austérité et d'incertitude économique actuelle, le secteur public seul ne suffit pas.

« Les ressources publiques limitées auront besoin d'augmenter les financements du secteurs financiers », a déclaré le Secrétaire général.

« Nous avons besoin d'investisseurs qui puissent fournir des capitaux de démarrage pour les technologies propres ou investir dans d'autres solutions dans de nouveaux marchés inexplorés. Déjà les stations d'énergie solaire produisent de l'énergie propre, sûre et de l'électricité aux communautés rurales pauvres en Afrique et en Asie », a-t-il conclu.


News Tracker: autres dépêches sur la question

Rio +20 : l'ONU lance une conversation sur 'l'avenir que nous voulons'

Aucun résultat
Aucun résultat