En ce début de second mandat, Ban Ki-moon souligne le pouvoir du peuple

Le Secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon.

3 janvier 2012 – Alors que le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, débute en 2012 son second mandat à la tête de l'Organisation, il a souligné le pouvoir du peuple et des partenariats pour assurer les transitions politiques, construire un monde durable et plus sûr.

«Nous avons vu le pouvoir des peuples et celui de la mondialisation s'approfondir. Nous avons vu tant de gens, des personnes marginalisées, des peuples opprimés, avides de démocratie, en quête de leur dignité et de leurs droits humains. Et nous avons maintenant la responsabilité de les aider dans la transition vers la démocratie. Avec la mondialisation, nous avons vu tant de choses se passer », a déclaré Ban Ki-moon à l'occasion d'un entretien accordé conjointement au Centre d'Actualités de l'ONU et à la Radio de l'ONU.

« De nombreuses personnes veulent être connectées. Avec les peuples, nous avons aidé ces transitions à se matérialiser aussi vite que possible. Etre unis dépend de nous. Parfois, la technologie peut aider les gens à s'unir, mais au final eux aussi doivent chercher à s'unir. Et grâce aux bonnes idées et à ceux qui veulent les mettre à profit, je crois que nous pouvons entamer la transition dès que possible », a-t-il ajouté.

Il a souligné que les citoyens du monde entier avaient de grandes attentes vis-à-vis de l'Organisation des Nations Unies notamment pour assurer la lutte contre le changement climatique, la lutte contre la pauvreté et la lutte contre les maladies non transmissibles.

« Il y a tellement de secteurs dans lesquels les Nations Unies peuvent agir. C'est pourquoi j'ai tant voyagé, c'est pourquoi j'ai rencontré tellement de gens dans le monde et je vais continuer de le faire durant mon second mandat », a indiqué Ban Ki-moon.

Il a également évoqué la vision de son rôle en tant que Secrétaire général de l'ONU. Pour Ban Ki-moon, « sa mission est de rendre ce travail impossible, possible ». A ce sujet, il a cité ce que lui avait confié son prédécesseur Kofi Annan, qui lui avait dit que « ce travail est peut-être le plus difficile mais que c'est le meilleur et plus honorable travail pour l'humanité ».

Le chef de l'ONU a également abordé les directions générales qu'il souhaite mettre en place au cours de son second mandat. « Si nous renforçons ces partenariats entre gouvernements, milieux d'affaires, les organisations non gouvernementales et les philanthropes, nous aurons une grande chance d'avancer dans la bonne direction », a dit le chef de l'ONU.

« Nous avons été en mesure de déployer 120 000 soldats de l'ONU dans 16 missions de maintien de la paix. Nous avons été en mesure de mettre sur pied l'ONU Femmes, en essayant de protéger et de promouvoir davantage le statut social des femmes et leur statut politique », a martelé Ban Ki-moon.

« Nous allons construire sur ces accomplissements qui ont été menés ces cinq dernières années », a-t-il précisé.

Le Secrétaire général de l'ONU a indiqué que sa priorité reste le développement durable.

« Nous devons connecter les points entre le changement climatique, la crise alimentaire, le stress hydrique, la pénurie d'énergie et l'autonomisation des femmes et les problèmes de santé globaux », a estimé Ban Ki-moon.

Il a ensuite décliné les autres priorités notamment la construction d'un monde plus sûr, d'aider les pays en en transition et le renforcement de la participation et la protection des femmes dans le monde.


News Tracker: autres dépêches sur la question

Développement durable, sécurité, transition, femmes et jeunes, priorités de l'ONU

En savoir plus





Coup de projecteur