Canada : un expert tire la sonnette d'alarme sur la situation des autochtones

Le rapporteur spécial James Anaya.

21 décembre 2011 – Le Rapporteur spécial de l'ONU sur les droits des populations autochtones, James Anaya, s'est dit préoccupé mercredi sur la situation difficile de la Première nation Attawapiskat, une communauté qui vit dans la région reculée du Nord de l'état canadien de l'Ontario ainsi que les conditions de vies généralement mauvaises dans les réserves d'aborigènes du pays.

« J'ai fait part de mes inquiétudes au gouvernement du Canada concernant la situation économique et sociale lamentable de la Première nation Attawapiskat, qui illustre très bien les conditions qui prévales dans de nombreuses communautés aborigènes du pays », a fait savoir M. Anaya dans une déclaration à la presse.

Un bon nombre des 1.800 membres de la Première nation vivent dans des cabanes sans chauffage et sans eau courante. Le problème devient particulièrement pressant à l'approche de l'hiver dans cette région septentrionale où vivent la communauté Attawapiskat et où les températures peuvent chuter à -28ºC.

Le gouvernement canadien a récemment accepté de fournir des abris d'urgence pour remédier à la situation. Comme condition à cette aide, le gouvernement a également décidé de placer la communauté sous la gestion par des tiers qui sera chargé de contrôler les dépenses.

Les membres de la communauté, y compris le chef, ont dénoncé ce régime de gestion par des tiers en affirmant qu'ils connaissent mieux que quiconque leurs propres besoins.

La situation économique et sociale des Attawapiskat est semblable à celles de plusieurs communautés de Première nation qui vivent dans des réserves au Canada et qui sont souvent semblables à des conditions du tiers monde et ce qui est en contraste avec les conditions des communautés non-aborigènes du pays et qui jouissent d'indicateurs en termes de droits de l'homme parmi les meilleurs du monde.

« Dans un message envoyé aux autorités canadiennes le 19 décembre, j'ai demandé au gouvernement d'exprimer son point de vue sur l'exactitude de ces informations et j'ai réclamé des détails sur le programme officiel cherchant à réduire les inégalités sociales et économiques entre les Premières nations et les communautés non-aborigènes », a indiqué M. Anaya.

« En tant que Rapporteur spécial sur les droits des populations autochtones, je suivrai de près la situation des communautés aborigènes au Canada, et je maintiendrai un dialogue ouvert avec le gouvernement et l'ensemble des parties prenantes afin de promouvoir les bonnes pratiques et pour mettre en œuvre les standards internationales sur les droits des populations autochtones », a-t-il ajouté.


News Tracker: autres dépêches sur la question

Climat : l'ONU déplore le retrait canadien du Protocole de Kyoto

En savoir plus




Coup de projecteur