L’ONU lance la Décennie pour la biodiversité

Journée de la biodiversité de l’ONU

17 décembre 2011 – Lors du lancement de la Décennie pour la biodiversité de l’ONU, le Secrétaire général des Nations Unies Ban Ki-moon a exhorté samedi l’humanité à vivre en harmonie avec la nature et de gérer correctement les ressources naturelles pour la prospérité des générations actuelle et à venir.

« La diversité biologique et les produits que nous en tirons sont vitaux pour l´humain et l´humanité grandissante et le développement réellement durable dépend de cette biodiversité », a déclaré M. Ban Ki-moon dans un message lu par le Secrétaire général adjoint des Nations Unies à la communication et à l´information, Kiyo Akasaka, à Kanazawa au Japon.

« Alors que les pauvres souffrent en premier et le plus de la perte de biodiversité, l´ensemble de la société serait touchée par cette perte d´espèces. Il faut également prendre en compte les pertes de produits naturels susceptibles de soigner des maladies ou autres découvertes utiles que nous connaitrons jamais si nous continuons à détruire les habitats ou à polluer les terres au point où elle ne sont plus récupérables », a-t-il poursuivi.

L´Assemblée générale a déclaré la période 2011-2020 Décennie pour la biodiversité des Nations Unies afin de promouvoir la mise en œuvre d´un plan stratégique sur la biodiversité et sur une vision de la façon de vivre en harmonie avec la nature.

L´objectif principal est de d´intégrer la biodiversité à tous les niveaux. A travers la décennie, les gouvernements seront encouragés à développer, mettre en œuvre et partager les résultats des stratégies nationales pour la mise en œuvre du Plan stratégique pour la biodiversité.

Dans son propre discours lors de l´inauguration de la Décennie, M. Akasaka a rappelé que des écosystèmes stables ont la capacité de créer des emplois. « Les sauvegarder aide aussi à préserver la croissance de l´emploi. Alors qu´il y a en ce moment une forte proportion de jeunes au monde, l´utilisation durable de la biodiversité n´est pas une approche ´écologique´ isolée, mais un pilier indispensable du développement durable pour les générations à venir », a-t-il souligné.

Les activités humaines ont été la cause de l´extinction d´espèces animales et végétales plusieurs centaines, voire milliers de fois plus rapides que le rythme naturel. Nous ne pouvons pas revenir sur les extinctions. Nous pouvons cependant prévenir l´extinction d´autres espèces tout de suite. Pour les 10 ans à venir notre engagement à protéger plus de huit millions d´espèces et notre sagesse pour trouver un équilibre de vie sera mis à l´épreuve », a indiqué M. Akasaka.


News Tracker: autres dépêches sur la question

Ban Ki-moon réclame un soutien pour l'initiative de l'ONU contre la déforestation

En savoir plus


Coup de projecteur