Climat : l'ONU déplore le retrait canadien du Protocole de Kyoto

Christiana Figueres.

13 décembre 2011 – La Secrétaire exécutive de la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques, Christiana Figueres, a fait part mardi de sa déception et de sa surprise concernant la décision du gouvernement canadien de se retirer du Protocole de Kyoto, qui vise à la réduction des émissions de gaz à effet de serre.

« Je regrette que le Canada ait annoncé que le pays se retire et je suis étonnée par le choix du moment de cette annonce. Que le Canada soit signataire ou non du Protocole de Kyoto, le pays a une obligation légale conformément à la Convention de réduire ses émissions, et une obligation morale face à soi-même et aux générations futures d'assumer un rôle de premier plan », a déclaré Mme Figueres.

« Les pays industrialisés qui ont fortement augmenté leurs émissions depuis les années 1990, comme c'est le cas pour le Canada, sont mal placés pour demander aux pays en développement de limiter leurs émissions », a-t-elle ajouté.

Le Protocole de Kyoto est un traité international visant à la réduction des émissions de gaz à effet de serre. Signé le 11 décembre 1997 à Kyoto, au Japon, il est entré en vigueur le 16 février 2005. En vertu de ce protocole, 37 pays développés s'engagent à réduire leurs émissions.

Mme Figueres souligne que l'accord de Durban conclu ce weekend est une confirmation et une continuation de la période d'engagement du Protocole de Kyoto et représente la volonté des pays développés d'assumer un rôle exemplaire et un engagement dans le respect des réductions des émissions de gaz à effet de serre légalement contraignantes.

Selon elle, l'accord constitue un fondement essentiel pour créer la confiance nécessaire pour renouveler les efforts afin d'arriver prochainement à un accord universel, légalement contraignant sur le climat.

« J'appelle tous les pays développés à respecter leurs responsabilités conformément à la Convention sur les changements climatiques et son Protocole de Kyoto pour accroître leurs ambitions de réduction des émissions et d'apporter le soutien nécessaire aux pays en développement à créer les fondements de leur propre avenir basé sur les énergies propres et les aider à s'adapter aux impacts des changements climatiques qui se font déjà sentir », a souligné Mme Figueres.


News Tracker: autres dépêches sur la question

Climat : l’ONU se félicite des décisions prises à la Conférence de Durban

En savoir plus





Coup de projecteur