Paludisme : la mortalité baisse mais les progrès restent fragiles, selon l'OMS

Le Secrétaire général Ban Ki-moon (au centre) déploie une moustiquaire permettant de lutter contre le paludisme. (13 septembre 2011)

13 décembre 2011 – Les taux de mortalité attribuables au paludisme ont baissé, depuis 2000, de plus de 25% au niveau mondial mais la diminution des financements menacent directement ces progrès menés sur la dernière décennie, selon le Rapport 2011 sur le paludisme dans le monde, publié mardi par l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

« Nous progressons considérablement dans la lutte contre ce grave problème de santé publique. En 2010, les populations à risque ont été encore plus nombreuses à bénéficier des mesures destinées à prévenir et à combattre le paludisme, ce qui a fait encore baisser le nombre estimé de cas et de décès », dit la Directrice général de l'OMS, Margaret Chan. « Mais des signes inquiétants semblent indiquer le rythme de progression pourrait ralentir », a-t-elle ajouté.

Alors que ces progrès ont été possibles grâce à une extension considérable, depuis dix ans, des mesures visant à combattre et à prévenir le paludisme, l'OMS exprime son inquiétude sur la baisse prévue du financement qui menace directement ces progrès.

D'après le rapport, l'incidence du paludisme et les taux de mortalité ont baissé dans toutes les régions du monde ces dix dernières années. Selon les estimations, il y a eu, en 2010, 216 millions de cas de paludisme dans les 106 pays et territoires d'endémie. L'Organisation estime que 81% de ces cas et 91% des décès sont survenus dans la région africaine de l'OMS. À l'échelle mondiale, 86% des victimes étaient des enfants de moins de cinq ans.

L'OMS estime qu'en 2010, le paludisme a provoqué 655.000 décès, soit 36.000 de moins que l'année précédente. Si cette baisse de 5% d'une année sur l'autre représente un progrès important, les chiffres de la mortalité restent étonnamment élevés pour une maladie qu'il est tout à fait possible de prévenir et de traiter.

« Avec la baisse importante de la mortalité due au paludisme en Afrique depuis 2000, le retour sur les investissements que nous avons consentis pour que cette maladie ne provoque plus de décès est plus important que tout ce que j'ai connu dans le secteur privé. Mais le paludisme tue toujours un enfant par minute, et c'est encore trop », a expliqué l'Envoyé spécial du Secrétaire général de l'ONU pour le paludisme, Raymond Chambers.

« La crise économique actuelle ne doit entraîner ni régression ni ralentissement des progrès. Après l'engagement pris par le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, de parvenir à presque zéro mort d'ici fin 2015, il est impensable de revenir en arrière », a-t-il ajouté.

Les moustiquaires à imprégnation durable sont l'un des moyens les moins onéreux et les plus efficaces de lutter contre le paludisme. D'après le nouveau rapport, le nombre de moustiquaires livrées dans les pays d'endémie palustre d'Afrique subsaharienne est passé de 88,5 millions en 2009 à 145 millions en 2010. On estime qu'en Afrique subsaharienne, 50% des foyers disposent désormais d'au moins une moustiquaire et que 96% des personnes qui ont accès à une moustiquaire l'utilisent.

Malgré les progrès significatifs enregistrés en 2010, le déficit de financement prévu pourrait remettre en cause les réalisations obtenues au prix d'efforts considérables au cours de la dernière décennie.

Les fonds internationaux destinés à la lutte antipaludique ont atteint 1,7 milliard de dollars en 2010 et 2 milliards en 2011, ce qui reste sensiblement en deçà des 5 à 6 milliards annuels nécessaires pour atteindre les cibles mondiales. D'après les projections du rapport, malgré le soutien accru apporté par le Royaume-Uni, le financement de la lutte antipaludique doit subir une légère contraction en 2012 et 2013 et risque d'être ramené à 1,5 milliard de dollars par an d'ici 2015.

Cette diminution, due à la réduction des ressources disponibles dans le cadre du Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme, modifiera nettement le paysage de la lutte antipaludique et menacera la pérennité de l'approche fondée sur plusieurs volets, notamment les investissements concernant les moustiquaires de lit, la pulvérisation à effet rémanent à l'intérieur des habitations, les tests diagnostiques, le traitement, la recherche et l'innovation.

De plus, la résistance aux artémisinines, confirmée à la frontière entre le Cambodge et la Thaïlande en 2009, a également été constatée ailleurs au Myanmar et au Viet Nam. L'OMS a recommandé à tous les pays d'interdire la commercialisation des monothérapies par voie orale comprenant de l'artémisinine, l'un des principaux facteurs favorisant l'émergence et la propagation de la résistance. Malgré les pressions internationales constantes, 25 pays autorisent encore la commercialisation de ces monothérapies et 28 firmes pharmaceutiques continuent à les commercialiser (contre 39 en 2010).


News Tracker: autres dépêches sur la question

L'ONU appelle à éradiquer le paludisme d'ici à 2015

En savoir plus


Plus de vidéo »


Coup de projecteur