L'ONU appelle à lutter contre le ’cancer’ de la corruption

8 décembre 2011 – A l'occasion de la Journée internationale de lutte contre la corruption, le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a fustigé jeudi les dégâts causés par la corruption constituant une entrave au développement affectant les plus vulnérables.

« Nous assumons tous la responsabilité de prendre des mesures contre le cancer qu'est la corruption », a déclaré Ban Ki-moon dans un message adressé à l'occasion de la Journée.

« La corruption sévit dans tous les pays, entravant le progrès social et engendrant l'inégalité et l'injustice. Lorsque des fonds indispensables pour le développement sont volés par des individus et des institutions corrompus, les personnes pauvres et vulnérables sont privées d'éducation, de soins de santé et d'autres services essentiels », a-t-il ajouté.

« Les pauvres peuvent être marginalisés par la corruption, mais ils continueront de se faire entendre. Dans le cadre d'événements survenus dans le monde arabe et dans d'autres pays cette année, des gens ordinaires ont agi de façon concertée pour dénoncer d'une seule voix la corruption et exiger que leur gouvernement combatte cette atteinte à la démocratie. Leurs protestations ont provoqué des changements sur la scène internationale que l'on aurait eu bien du mal à imaginer quelques mois auparavant », a-t-il expliqué.

L'Organisation des Nations Unies aide les pays à lutter contre la corruption dans le cadre de la campagne plus large qu'elle mène pour aider à consolider la démocratie et la bonne gouvernance.

Le 31 octobre 2003, l'Assemblée générale a adopté la Convention des Nations Unies contre la corruption (résolution 58/4), et prévoit que le Directeur de l'Office des Nations Unies contre la drogue et le crime (ONUDC) d'assurer le secrétariat de la Conférence des États Parties à la Convention.

« J'invite instamment tous les gouvernements qui ne l'ont pas encore ratifiée à le faire sans délai. J'appelle aussi tous les gouvernements à incorporer des mesures de lutte contre la corruption dans tous les programmes nationaux qui appuient le développement durable », a appele le chef de l'ONU.

Il a souligné la nécessité pour le secteur privé d'agir la corruption créant « des distorsions sur les marchés ». « Les entreprises peuvent créer une économie mondiale plus transparente au moyen d'initiatives de lutte contre la corruption, notamment les activités menées au titre du Pacte mondial des Nations Unies », a-t-il martelé.

« En cette Journée internationale de la lutte contre la corruption, engageons-nous à assumer notre responsabilité en prenant des mesures énergiques contre la corruption, en jetant l'opprobre sur ceux qui s'y livrent et en mettant en place une culture qui attache de la valeur aux comportements éthiques », a conclu Ban Ki-moon.

L'ONUDC a organisé jeudi des événements dans de nombreux pays à l'occasion de la Journée internationale de lutte contre la corruption notamment en Afghanistan, au Brésil, en Bulgarie, au Cambodge, en Inde ou en Jordanie.


News Tracker: autres dépêches sur la question

ONUDC : le crime organisé a blanchi 1.600 milliards de dollars en 2009

En savoir plus





Coup de projecteur