Ban Ki-moon réclame un soutien pour l'initiative de l'ONU contre la déforestation

Le Secrétaire général Ban Ki-moon rencontre une communauté autochtone affectée par la déforestation à Bornéo, en Indonésie. (17 novembre 2011)

7 décembre 2011 – Le Secrétaire général des Nations Unies Ban Ki-moon a appelé mercredi les Etats membres à soutenir une initiative de l'ONU pour freiner, arrêter puis inverser la déforestation, et aider les pays en développement à gérer leurs forêts de façon durable.

« Je suis encouragé par le fait que les pays forestiers agissent pour réduire la déforestation, et que les pays donateurs promettent de soutenir ces efforts. Malgré cela, les forêts continuent de disparaître à une vitesse alarmante », a déclaré Ban Ki-moon à la Conférence de l'ONU sur les changements climatiques à Durban, en Afrique du sud.

Le Programme de collaboration des Nations Unies sur la réduction des émissions liées au déboisement et à la dégradation des forêts dans les pays en développement (REDD+) a pour but de créer une valeur financière sur le carbone stocké dans les forêts, ce qui offre une incitation aux pays en développement à réduire les émissions de carbone et à investir dans des technologies propres.

« L'année dernière à la conférence de Cancun, les Etats se sont mis d'accord sur le programme REDD+. C'était une reconnaissance importante de la valeur des forêts pour à la fois limiter les changements climatiques et pour protéger les hommes, les écosystèmes et la biodiversité », a rappelé le Secrétaire général.

Ban Ki-moon a également rappelé l'importance des partenariats avec le secteur privé qui peuvent renforcer les communautés locales et les petites exploitations agricoles, promouvoir le respect des droits des peuples autochtones et l'autonomisation des femmes. Des solutions innovantes et créatives peuvent d'ailleurs « réduire la pauvreté et aider les communautés à s'adapter aux changements climatiques et aider à créer un marché qui n'aggrave pas le déboisement », a-t-il ajouté.

L'appel de Ban Ki-moon en faveur de REDD+ fait partie des quatre points qu'il a présenté hier lors de son discours d'ouverture du segment de haut-niveau de la 17ème session de la Conférence des Parties (COP17).

« Nous sommes dans une période d'incertitude économique, une ère d'austérité fiscale. Il est néanmoins très important que les pays développés respectent leurs engagements », a souligné Ban Ki-moon qui a rappelé que la question du financement est prioritaire.


News Tracker: autres dépêches sur la question

Le rythme de déforestation s'accélère dans le monde, selon la FAO