L'ONU appelle à ne pas exclure les personnes handicapées du développement

2 décembre 2011 – Dans la perspective de la Journée internationale des personnes handicapées, le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a rappelé vendredi que le nombre de pauvres et de défavorisés est plus élevé chez les personnes handicapées, qui risquent deux fois plus que les autres d'être privées des soins de santé dont elles ont besoin.

« Dans certains pays, le taux d'emploi des personnes handicapées ne représente qu'un tiers de celui de la population totale et dans les pays en développement, on voit un écart de 10 à 60% entre le taux de scolarisation des enfants handicapés et celui des autres enfants dans le cycle primaire », a indiqué Ban Ki-moon dans un message à l'occasion de cette Journée qui est célébrée officiellement le 3 décembre.

Aujourd'hui, plus de 15% de la population mondiale est touchée par une forme ou une autre de handicap, subissant stigmatisation et discrimination, selon le Rapport mondial sur le handicap que vient de publier l'Organisation mondiale de la Santé (OMS). L'exclusion des personnes handicapées représente un coût énorme, non seulement pour les personnes handicapées elles-mêmes mais aussi pour le reste de la société.

« À l'occasion de cette journée, j'invite les gouvernements, la société civile et tout un chacun, partout dans le monde, à œuvrer en faveur et aux côtés des personnes handicapées, dans la perspective d'un développement qui n'exclut personne et qui soit viable et équitable à l'échelle du monde », a souligné le Secrétaire général.

De son côté, le Président de l'Assemblée générale de l'ONU, Nassir Abdulaziz Al-Nasser, a rappelé qu'environ 15% de la population mondiale vit avec un handicap, et que plus de deux tiers des personnes handicapées vivent dans des pays en voie de développement.

« Ce n'est pas un secret que les femmes, les hommes et les enfants handicapés font souvent l'objet de stigmatisation et de discrimination, y compris dans les pays avec un niveau de vie supérieur. De nombreuses personnes handicapées ne peuvent pas participer pleinement dans leur société. Au niveau mondial, nous faisons souvent le lien entre handicap, pauvreté et exclusion sociale », a rappelé M. Al-Nasser.

La Déclaration universelle des droits de l'homme de 1948 et la Convention sur les droits des personnes handicapées adoptée en 2006 et entrée en vigueur en 2008 stipulent pourtant que tous les êtres humains sont égaux en droits, sans aucune distinction.

« L'Assemblée générale de l'ONU a depuis longtemps demandé l'intégration du handicap dans les questions de développement, de paix et de sécurité et des droits de l'homme », a rappelé M. Al-Nasser.

Alors que le monde se prépare à la Conférence des Nations Unies sur le développement durable Rio +20 qui aura lieu en 2012 et que l'échéance pour atteindre les Objectifs du millénaire pour le développement approche, le Président de l'Assemblée générale encourage à saisir l'opportunité d'inclure le handicap dans l'ordre du jour sur le développement au-delà de 2015.

« En autonomisant les personnes handicapées, nous protègerons non seulement leurs droits inaliénables, mais nous favoriserons un développement inclusif et équitable, qui servira à enrichir les sociétés du monde entier », a conclu M. Al-Nasser.

La Haut commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme, Navi Pillay, a rappelé que les personnes handicapées font face à des « obstacles inacceptables à la participation politique ».

« Le droit à la participation politique et à avoir un mot à dire dans le processus de décisions politiques a été mise en valeur cette année à travers le monde. Les personnes handicapées représentent un groupe très large et important de la population, mais également vulnérable, et il ne doit pas être exclu de cette sphère », a déclaré Mme Pillay.


News Tracker: autres dépêches sur la question

L'ONU appelle à améliorer les droits des personnes handicapées

En savoir plus





Coup de projecteur