UNESCO : nouvelles inscriptions sur la Liste du patrimoine immatériel

Le théâtre d’ombres chinoises a été inscrit sur la Liste du patrimoine immatériel.

28 novembre 2011 – Le Comité intergouvernemental pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel, réuni à Bali (Indonésie) jusqu'au 29 novembre, a inscrit ces derniers jours 19 éléments de 16 pays sur la Liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l'humanité.

La Convention pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel a été adoptée par la Conférence générale de l'UNESCO en 2003 et compte désormais 139 Etats parties. Seuls les pays qui l'ont ratifiée peuvent présenter des éléments à l'inscription sur les Listes du patrimoine culturel immatériel.

Le Comité intergouvernemental pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel est composé de 24 représentants des Etats membres de l'UNESCO. Ses membres sont élus pour un mandat de quatre ans. La moitié des membres sont renouvelés tous les deux ans.

Les éléments inscrits sur la Liste représentative sont :

Le Jultagi, marche sur corde raide (République de Corée) : L'art traditionnel coréen du Jultagi, ou l'art de marcher sur une corde raide, se distingue en ce qu'il se double d'un accompagnement musical et d'un dialogue entre le funambule et un clown resté au sol. Le funambule exécute diverses prouesses acrobatiques sur la corde, avec force plaisanteries, imitations, chants et danses, tandis qu'un clown se livre à des plaisanteries et qu'un groupe de musiciens joue de la musique pour accompagner le tout. L'Association pour la sauvegarde du Jultagi de Gyeonggi-do assure la transmission des savoir-faire grâce à l'apprentissage auprès de maîtres, de cours publics et de camps d'été.

Le Taekkyeon, un art martial traditionnel coréen (République de Corée) : Le Taekkyeon est un art martial traditionnel coréen basé sur des mouvements rythmiques fluides, proches de la danse, permettant de frapper ou de faire tomber l'adversaire, et enseignant également la considération et la modération. Les mouvements gracieux sont doux et circulaires mais peuvent faire preuve d'une grande souplesse et d'une force considérable, employant une variété d'attaques et de parades. Élément relevant de traditions agricoles saisonnières, le Taekkyeon sert à faciliter l'intégration à la communauté et promeut de la santé publique. Un grand nombre de personnes le pratiquent quotidiennement et l'Association coréenne du Taekkyeon promeut sa transmission.

Le tissage du Mosi (ramie fine) dans la région de Hansan (République de Corée) : Le Mosi, ramie fine, est un processus comprenant la récolte, l'ébullition et le blanchiment des plantes, le filage de la fibre et son tissage sur des métiers traditionnels. Le tissage est une entreprise familiale dirigée par les femmes où les mères transmettent les techniques et leur expérience à leurs filles ou belles-filles. La région de Hansan, en République de Corée, bénéficie d'une terre fertile et de vents marins favorables au développement de la ramie. Le tissu en ramie est utilisé pour confectionner divers vêtements, tels que costumes de cérémonie et uniformes militaires ou tenues de deuil.

La fête de « la Mare de Déu de la Salut » d'Algemesí (Espagne) : La fête de « la Mare de Déu de la Salut » est une série d'activités et de représentations célébrée tous les 7 et 8 septembre à Algemesí en Espagne. Le carillon de la basilique ouvre les festivités, suivi d'un défilé. Pendant les deux jours, près de 1400 personnes participent aux festivités (musique, théâtre, danse, représentations) dans les quartiers historiques de la ville. Tous les costumes, ornements et accessoires sont faits à la main et les danses et partitions musicales sont transmises de génération en génération.

La tradition cérémonielle du Keşkek (Turquie) : Le Keşkek est un plat cérémoniel traditionnel turc, préparé pour les mariages, les cérémonies de circoncision et les fêtes religieuses. Femmes et hommes cuisinent ensemble dans de grands chaudrons le plat de blé et de viande appelé ''Keşkek'', ensuite servi aux invités. De nombreux membres de la communauté participent aux tâches, de la préparation du blé, aux bénédictions et prières jusqu'à la cuisson. La tradition inclut des divertissements, du théâtre et de la musique. La tradition de ce plat est sauvegardée et transmise par des maîtres cuisiniers à des apprentis.

Le savoir traditionnel des chamanes jaguars de Yuruparí (Colombie) : Les chamanes jaguars de Yuruparí sont le patrimoine commun de nombreux groupes ethniques établis le long de la rivière Pirá Paraná, dans le sud-est de la Colombie. Usant de leur savoir traditionnel et des pratiques rituelles, les chamanes guérissent, préviennent les maladies et revitalisent la nature. Pendant le rituel de Hee Biki, les jeunes garçons apprennent les règles traditionnelles dans le cadre de leur entrée dans l'âge adulte. Les chamans auraient hérité leur savoir traditionnel du Yuruparí mythique tout-puissant, un anaconda qui vivait en tant que personne et qui est incarné par des trompettes sacrées.

La pratique du chant et de la musique bećarac de Croatie orientale (Croatie) : La musique bećarac est un genre populaire en Croatie de l'est. Les solistes échangent leurs lignes vocales, rivalisant en inventant, combinant des vers et en façonnant la mélodie, accompagnés d'un groupe de chanteurs et d'ensembles de tambura. Cette musique véhicule les valeurs de la communauté et permet d'exprimer des pensées qui pourraient être déplacées dans d'autres contextes. La musique bećarac continue à s'inscrire dans une pratique vivante : soit dans un contexte informel, soit dans le cadre d'événements festifs.Le Comité doit encore examiner 35 éléments candidats à l'inscription sur la Liste représentative du patrimoine culturel immatériel au cours de cette session.

Le Nijemo Kolo, ronde dansée silencieuse de l'arrière-pays dalmate (Croatie) : Le Nijemo Kolo est pratiqué par des communautés de l'arrière-pays dalmate. Il est dansé en ronde, en apparence sans règle définie. Son trait distinctif est qu'il est exécuté sans musique, même si des intermèdes musicaux précèdent ou suivent parfois la danse. Le Nijemo Kolo est transmis de génération en génération. Il est exécuté lors des jours de fêtes et constitue un moyen pour les jeunes gens de se rencontrer. Les différences d'exécution d'un village à l'autre marquent l'identité des populations locales.

Le Tsiattista, duel poétique (Chypre) : La Tsiattista est une poésie orale improvisée réalisée en dialecte chypriote grec par lequel un poète-chanteur tente de surpasser l'autre avec des vers adroits souvent accompagnés de violon ou de luth. Les poètes ont un esprit vif, un vocabulaire riche et l'imagination fertile et sont capables de répondre à un adversaire en improvisant de nouveaux couplets avec des contraintes de temps très strictes. Elle est traditionnellement exécutée par les hommes lors de mariages, foires et autres manifestations publiques, et récemment les femmes ont commencé à y prendre part.

La Chevauchée des Rois dans le sud-est de la République tchèque : La Chevauchée des Rois est une procession annuelle associée à la fête chrétienne de la Pentecôte dans quatre petites villes du sud-est de République tchèque. Un groupe de chanteurs, de garçons d'honneur, le Roi et sa chevauchée royale défilent à travers la ville en costumes traditionnels avec leurs chevaux décorés, s'arrêtant en chemin pour chanter des rimes humoristiques sur la conduite des spectateurs qui, à leur tour leur font des dons. Les pratiques et les responsabilités spécifiques de l'événement sont transmises de génération en génération.

L'équitation de tradition française (France) : L'équitation de tradition française est un art de monter à cheval ayant comme caractéristique de mettre en relief une harmonie des relations entre l'homme et le cheval. Pratiquée dans toute la France et ailleurs, sa communauté la plus connue est le Cadre Noir de Saumur, basé à l'Ecole nationale d'équitation. Là, les cavaliers apprennent à combiner les demandes de l'homme en respectant le corps et l'humeur du cheval. Il y a une forte coopération entre les générations et le respect de l'expérience des anciens cavaliers.

Le pèlerinage au sanctuaire du seigneur de Qoyllurit'i (Pérou) : Le Pèlerinage au sanctuaire du seigneur de Qoyllurit'i commence 58 jours après Pâques, quand des représentants de huit villages indigènes des environs de Cusco, Pérou se rendent au sanctuaire de Sinakara. Cette manifestation religieuse se déroule sur 24 heures, les gens montant et redescendant la montagne pour terminer dans le village de Tayancani au lever du soleil. Les danses jouent un rôle central dans le pèlerinage. Le Conseil des Nations de pèlerins et la Confrérie du seigneur de Qoyllurit'i supervisent les activités et maintiennent les règles et codes de conduite.

Le répertoire du rituel des classes d'âge de Louvain (Belgique) : Le répertoire du rituel des classes d'âge de Louvain, est un rite de passage pour les hommes qui sont nés la même année. Les hommes forment leur classe d'âge à quarante ans et participent à des activités sociales et culturelles qui culminent dix ans plus tard avec une célébration autour de la statue du prophète Abraham. Chaque classe d'âge choisit sa propre médaille, son drapeau et son uniforme, et a un «parrain» de dix ans plus âgé. Le rituel renforce le sentiment d'appartenance à la ville.

Le théâtre d'ombres chinoises (Chine) : Le théâtre d'ombres chinois est une forme de théâtre où des silhouettes colorées jouent des pièces traditionnelles derrière un écran en tissu rétro-éclairé. Les marionnettistes fabriquent les silhouettes en cuir ou en papier et les manipulent avec des tiges pour créer l'illusion d'images mobiles. Ils maîtrisent des techniques particulières telles que le chant improvisé, la manipulation simultanée de plusieurs marionnettes et la capacité de jouer de divers instruments de musique. Le théâtre d'ombres diffuse les connaissances, défend les valeurs culturelles et divertit la communauté.

Le Mibu no Hana Taue, rituel du repiquage du riz à Mibu, Hiroshima (Japon) : Le Mibu no Hana Taue est un rituel agricole japonais exécuté pour honorer le dieu du riz afin qu’il assure une récolte abondante. Elle se déroule dans deux communautés de la préfecture d’Hiroshima, le premier dimanche de juin, après le repiquage du riz. Les villageois, avec le bétail, reconstituent les étapes de la plantation et du repiquage d’une rizière spécialement réservée à cet effet. Les participants chantent accompagnés d’instruments. La transmission est assurée par les anciens qui supervisent également la bonne exécution du rituel.

Le Sada Shin Noh, danse sacrée au sanctuaire de Sada, Shimane (Japon) : Le Sada Shin Noh est une série de danses de purification prenant part au rituel de changement des tapis en jonc, exécutées chaque année les 24 et 25 septembre au sanctuaire de Sada à Matsue, au Japon. Les danseurs tiennent les tapis en jonc pour les purifier avant de les offrir aux dieux pour qu’ils s’assoient. Différentes danses accompagnées de musique sont exécutées sur une scène spécialement construite dans le sanctuaire. Le Sada Shin Noh est transmis de génération en génération par la communauté.

Pratiques et expressions culturelles liées au balafon des communautés Sénoufo du Mali et du Burkina Faso: Le balafon des communautés Sénoufo du Mali et du Burkina Faso est un xylophone pentatonique composé de onze à vingt-et-une planchettes d’inégale longueur disposées sur un support trapézoïdal, avec des calebasses d’inégales grandeurs disposées en dessous et servant de résonateurs. Les enfants apprennent à jouer du balafon pour enfant avec un enseignant avant de passer au grand balafon. Joué en solo ou dans un ensemble au cours de festivités, prières, au travail, lors funérailles etc., le balafon est un symbole de l’identité communautaire.

Le Mariachi, musique à cordes, chant et trompette (Mexique) : Le Mariachi est une musique traditionnelle et un élément fondamental de la culture mexicaine, transmettant les valeurs, le patrimoine, l’histoire et les différentes langues indiennes. Les ensembles traditionnels Mariachi comprennent des trompettes, des violons, la vihuela et le ’’guitarrón’’ (guitare basse), et peuvent être composés de quatre musiciens ou plus qui portent des costumes régionaux inspirés du costume charro. La musique Mariachi moderne inclut un vaste répertoire de chants des différentes régions du pays et de différents genres musicaux. Les musiciens apprennent à l’oreille de père en fils ainsi qu’à l’occasion des événements festifs, religieux et civils.

Le Fado, chant populaire urbain du Portugal : Symbole d’identité, la musique Fado est très largement chantée dans Lisbonne et représente une synthèse multiculturelle de danses chantées afro-brésiliennes, de genres traditionnels locaux de chants et danses, de traditions musicales des zones rurales du pays et des courants de chant urbain cosmopolite du début du XIXe siècle. Le Fado est généralement interprété par un chanteur seul, homme ou femme, accompagné d’une guitare acoustique et de la ’’guitarra’’ portugaise, un luth en forme de poire à douze cordes métalliques. Le Fado est chanté par des professionnels et par des amateurs au sein d’associations locales et est souvent transmis sur plusieurs générations successives au sein des mêmes familles.


News Tracker: autres dépêches sur la question

Patrimoine immatériel : l'UNESCO met en garde contre trop de candidatures

En savoir plus





Coup de projecteur