Climat : une étude de l'ONU montre comment réduire les émissions avant 2020

23 novembre 2011 – Il est possible de réduire, d'un point de vue économique et technologique, les émissions de gaz à effet de serre d'ici à 2020 à un niveau qui permettrait de maintenir, au long terme, une augmentation de la température mondiale en dessous des 2 degrés Celsius. C'est ce que révèle une nouvelle étude publiée mercredi par le Programme des Nations Unies pour l'environnement (PNUE).

« Le rapport annuel du PNUE est une contribution essentielle à l'effort mondial de lutte contre le changement climatique », a déclaré le Secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon. « Il révèle que nous avons beaucoup de choses à faire, à la fois en termes d'ambition et de politique, mais également que l'écart peut encore être réduit si nous agissons dès maintenant. C'est un message d'espoir et une forte incitation à passer à l'action. »

Le rapport intitulé « Réduire l'écart entre les besoins et les perspectives en matière de réduction des émissions », publié quelques jours avant les négociations de la convention des Nations Unies sur le climat, à Durban, en Afrique du Sud, et sept mois avant le sommet de Rio+20 sur le développement durable au Brésil, fournit des indicateurs très clairs selon lesquels le monde a déjà les solutions pour prévenir le risque d'un changement climatique.

« Ce rapport fournit aux gouvernements et responsables politiques des informations capitales sur les options qui s'offrent à eux si le monde veut réussir à relever le défi du changement climatique », a déclaré le Directeur exécutif du PNUE, Achim Steiner.

« Cette année, les pays pourront entamer les débats à Durban, en Afrique du Sud, en ayant à leur disposition les principaux scénarios technologiques et économiques qui décrivent l'écart entre l'ambition actuelle et la réalité scientifique ainsi que les mesures urgentes qui peuvent être prises pour combler cet écart en matière d'émissions », a-t-il poursuivi.

L'étude a rassemblé 55 scientifiques et spécialistes issus de 28 groupes scientifiques et de 15 pays pour examiner les derniers résultats de la recherche scientifique sur l'écart entre les engagements pris par les pays pour réduire leurs émissions de gaz à effet de serre et ce qu'il faudra faire si nous voulons atteindre l'objectif de 2 degrés d'ici 2020.

Christiana Figueres, Secrétaire exécutive de la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques, a souligné la nécessité de renforcer l'action. « Cette étude, une fois encore, nous rappelle que les efforts pour lutter contre le changement climatique restent actuellement insuffisants », a-t-elle déclaré. « Mais elle montre également qu'il est possible pour les gouvernements de réduire l'écart entre ce qu'ils ont promis et les mesures qu'il faut prendre pour rester en dessous d'une hausse moyenne de la température mondiale de 2 degrés Celsius ».

« Nous n'avons pas beaucoup de temps, nous devons donc optimiser les outils à notre disposition. À Durban, les gouvernements doivent décider de l'avenir immédiat du Protocole de Kyoto, définir, à plus long terme, la voie vers un accord mondial à caractère contraignant sur le climat, lancer le réseau institutionnel convenu pour aider les pays en développement à faire face au changement climatique, et définir une voie pour assurer le financement à long terme de tout cela », a-t-elle ajouté.


News Tracker: autres dépêches sur la question

Climat : les périodes de forte chaleur risquent d’augmenter à l’avenir - rapport

En savoir plus





Coup de projecteur