La lutte contre le VIH/sida produit des résultats, selon un rapport de l’ONU

L’ONUSIDA se félicite des résultats tangibles dans la lutte contre le VIH/sida.

21 novembre 2011 – En 2011, près de 50% des personnes séropositives bénéficient de traitements antirétroviraux capables de leur sauver la vie et le nombre de nouvelles infections à VIH a chuté de façon significative, selon un nouveau rapport publié lundi par le Programme commun des Nations Unies sur le VIH/sida (ONUSIDA).

En 2011, il y avait 21% de nouvelles infections de moins par rapport à 1997, et le nombre de décès de maladies liées au sida a chuté de 21% depuis 2005.

« Même en pleine crise financière, les pays inscrivent de bons résultats dans la lutte contre le sida. Nous avons assisté à une augmentation exponentielle de l'accès aux traitements contre le VIH, ce qui a eu un effet important dans la vie de personnes à travers le monde, » a déclaré le Directeur exécutif de l'ONUSIDA, Michel Sidibé.

Selon les estimations de l'ONUSIDA et de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), 47% des 14,2 millions de personnes infectées par le VIH dans les pays à revenu faible ou moyen recevaient un traitement antirétroviral en 2010, soit une augmentation de 1,35 million depuis 2009. De nouvelles données montrent des signes précurseurs que les traitements aident aussi à éviter de nouvelles infections.

Les baisses des nouvelles infections à VIH s'expliquent aussi par des changements dans les habitudes sexuelles, particulièrement chez les jeunes qui se protègent mieux en utilisant le préservatif. La prévalence du VIH a chuté parmi les jeunes dans 21 des 24 pays avec un taux de prévalence national dépassant 1% de la population.

L'ONUSIDA a établi un cadre pour identifier les meilleurs investissements dans la lutte contre le sida et qui offrent un impact important. « Le cadre d'investissement est basé sur les communautés et non sur les marchandises. Elle place les gens au centre de l'approche, pas le virus », a expliqué M. Sidibé.

Cette nouvelle approche stratégique pourrait apporter des résultats extraordinaires. Elle permettrait d'éviter au moins 12,2 millions de nouvelles infections, dont 1,9 million d'enfants entre 2011 et 2020 et 7,4 millions de décès causés par la maladie pourraient être évités pendant la même période.

L'approche est basée sur six activités essentielles : des interventions ciblées auprès des groupes de personnes à fort risque de contamination dont les travailleurs du sexe, la prévention de la contamination des enfants, la promotion et la distribution de préservatifs et le traitement continu des personnes infectées.

Afin de continuer ces tendances positives, il faut prendre en compte aussi le combat contre la stigmatisation, le respect des droits de l'homme, et assurer un environnement légal protecteur pour les associations travaillant dans la lutte contre le VIH au sein des communautés. Afin d'assurer un accès universel à la prévention et au traitement du VIH avant 2015, il faudrait un financement de 22 à 24 milliards de dollars en 2015.

« Il y a quelques années seulement, il paraissait fantaisiste d'annoncer la fin de l'épidémie de sida à court terme, mais la science, l'appui politique et la riposte communautaire commencent à produire des résultats certains et tangibles », a estimé le Directeur exécutif de l'ONUSIDA.

« Cependant, pour gagner en efficacité, la riposte au sida doit évoluer. Nous devons passer d'une approche fragmentée à court terme à une riposte stratégique à long terme accompagnée d'investissements qui soient à la hauteur », a-t-il ajouté.


News Tracker: autres dépêches sur la question

VIH : l'ONUSIDA fera participer les jeunes pour rédiger une nouvelle stratégie

En savoir plus





Plus de vidéo »


Coup de projecteur