L’ONU exhorte à l'adhésion universelle à un protocole sur les mines

Avertissement anti-mines.

9 novembre 2011 – Le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a appelé mercredi à l'adhésion universelle au protocole international qui interdit l'emploi des mines et autres engins explosifs en raison des souffrances inutiles qu'ils causent aux civils et aux combattants.

« Les mines, les pièges et aux engins explosifs aggravent et prolongent les conséquences atroces des conflits armés », a souligné Ban Ki-moon dans un message à la 13e conférence annuelle des parties au Protocole II amendé de la Convention sur certaines armes classiques à Genève.

« A la fois durant et après des hostilités, ils tuent de manière aveugle, estropient des civils vulnérables et causent des souffrances excessives et aléatoires à des combattants », a-t-il ajouté.

La Convention sur certaines armes classiques (CCAC), dont le nom complet est Convention sur l'interdiction ou la limitation de l'emploi de certaines armes classiques qui peuvent être considérées comme produisant des effets traumatiques excessifs ou comme frappant sans discrimination, a été signée le 10 octobre 1980 à Genève.

Son Protocole II sur l'interdiction ou la limitation de l'emploi des mines, pièges et autres dispositifs définit des restrictions dans l'utilisation des mines (et des pièges apparentés), notamment en prévoyant qu'elles soient équipées de mécanismes d'autodestruction ou d'autodésactivation et qu'elles soient détectables. Des dispositions sont aussi prévues pour la signalisation des champs de mines.

Le Protocole II a été amendé en 1996 pour étendre les restrictions d'utilisation aux conflits internes et limiter plus strictement l'utilisation sur terre des mines, pièges et autres dispositifs. Le texte appelle également à des sanctions pénales en cas de violation.

Selon Ban Ki-moon, les preuves fournies par les membres du Service d'action de l'ONU contre les mines (UNMAS) montrent qu'il faut renforcer les règles internationales applicables aux mines autres que les mines antipersonnel.

« L'universalisation du Protocole reste plus importante que jamais. Je réitère mon appel à mettre en œuvre le plan d'action pour promouvoir l'universalité de la Convention et ses protocoles annexés », a dit le Secrétaire général.

Il a salué les 97 Etats qui ont consenti d'être liés au Protocole II amendé et a appelé tous les pays qui ne l'ont pas encore fait à devenir parties à ce protocole dès que possible, notamment les Etats qui ont déjà adhéré au Protocole II initial.


News Tracker: autres dépêches sur la question

Un monde exempt d'armes nucléaires est possible, selon Ban Ki-moon

En savoir plus


Coup de projecteur