Au sommet du G20, Ban Ki-moon appelle à écrire un nouveau contrat social

Des jeunes gens manifestent à travers le monde pour davantage d’emplois et d’égalité.

3 novembre 2011 – Au sommet du G20 à Cannes, en France, le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a appelé jeudi à écrire un nouveau contrat social pour le 21e siècle en faisant de l'emploi une priorité alors que la colère gronde dans de nombreux pays frappés par un taux de chômage élevé.

« Des nuages sombres s'amassent de nouveau au-dessus de l'économie mondiale. Certains parlent de 'reprise'. Trop peu de gens en réalité la ressentent. Au contraire, trop de gens n'arrivent même pas à voir la lumière au bout d'un long, long tunnel », a constaté Ban Ki-moon dans un discours lors d'une réunion des dirigeants du G20 consacrée à l'emploi.

« Le chômage augmente presque partout. De plus en plus de jeunes gens n'ont pas d'emplois et peu de perspectives d'en trouver un. Les inégalités économiques augmentent. La pauvreté augmente. C'est pourquoi les gens descendent dans la rue. Ils sont angoissés, en colère, indignés. Ils voient un monde déséquilibré », a-t-il ajouté.

Le Secrétaire général de l'ONU a appelé les dirigeants des 20 plus importantes puissances économiques à écouter leurs peuples, leurs espoirs et leurs aspirations. Selon lui, les gens à travers le monde réclament des emplois, ainsi que « la dignité et le respect qui découlent d'un emploi décent. »

« La dette de l'Europe, les déficits de l'Amérique, la crise du monde riche, cela domine les titres d'actualités. Mais à ce sommet de Cannes, les enjeux sont plus importants. Ce sommet ne doit pas seulement consister à jouer les pompiers de la finance. Il doit s'agir de la reprise économique mondiale, d'une croissance qui soit durable et ouverte à tous, qui entraîne une véritable reprise dans l'économie réelle », a insisté Ban Ki-moon.

« Le temps est venu d'écrire un nouveau contrat social pour le 21e siècle. Ce contrat doit inclure un Pacte global sur l'emploi. Nous savons tous que la croissance est cruciale. Mais nous savons aussi que la croissance ne signifie pas automatiquement des emplois. Nous avons besoin d'une reprise riche en emplois. Les responsables politiques doivent faire de l'emploi une priorité, pas quelque chose dont on pense après-coup », a-t-il ajouté. « Le nouveau contrat social doit aussi inclure un socle de protection sociale avec des garanties solides pour les plus pauvres et les plus vulnérables. »

Le Secrétaire général a rappelé qu'il avait reçu récemment un rapport de son groupe consultatif de haut niveau présidé par la Directrice exécutive de l'ONU-Femmes, Michelle Bachelet, qui plaide en faveur de l'instauration dans tous les pays d'un socle de protection sociale.

Selon ce rapport, environ 5,1 milliards de personnes n'ont pas de sécurité et de protection sociale dans le monde. Seulement un peu plus de 15% des chômeurs du monde entier perçoivent une aide.

Pour conclure son discours à Cannes, Ban Ki-moon a appelé à « une révolution dans notre manière de penser ». Il a appelé à investir dans le développement durable, les femmes et la jeunesse et dans les plus vulnérables.


News Tracker: autres dépêches sur la question

L'ONU appelle le G20 à instaurer un socle de protection sociale mondial

Plus de vidéo »


Coup de projecteur