L'ONU souhaite un plus grand rôle des femmes dans la prévention des conflits

Une femme casque bleu discute avec des femmes réfugiées au Tchad.

28 octobre 2011 – A l'occasion d'un débat sur les femmes, la paix et la sécurité au Conseil de sécurité, le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, et la Directrice exécutive de l'ONU-Femmes, Michelle Bachelet, ont appelé les Etats Membres et la société civile à augmenter la présence et le rôle des femmes dans la prévention et la résolution des conflits afin de favoriser la paix, la stabilité et la démocratie.

« Le Conseil de sécurité a souligné à plusieurs reprises que l'implication des femmes dans la prévention et la médiation des conflits est essentielle pour la consolidation de la paix et le renforcement des fondations de la démocratie », a déclaré Ban Ki-moon dans un discours prononcé devant le Conseil de sécurité.

« Ceci a été reconnu cette année par la remise du Prix Nobel de la paix à trois extraordinaires femmes pacificatrices : la Présidente du Libéria Ellen Jonhson Sirleaf, Leyman Gbowee du Libéria, et Tawakkul Karman du Yémen. Ces exemples doivent nous inspirer afin d'intensifier nos efforts pour la participation entière des femmes dans la prévention et la résolution des conflits », a-t-il ajouté.

Il a souligné qu'au sein des Nations Unies des efforts considérables avaient été effectués pour augmenter le rôle et la présence des femmes. A ce jour 33 missions de maintien de la paix, politiques et de consolidation de la paix sont dirigées par des femmes.

Le chef de l'ONU a rappelé la nécessité de mettre en œuvre la résolution 1325 (2000) du Conseil de sécurité qui encourage les Etats membres à impliquer davantage les femmes dans les processus de paix.

« Alors qu'il existe d'indéniables progrès, je suis profondément inquiet sur la persistance de graves abus du droit des femmes », a déploré Ban Ki-moon évoquant les viols de masse en République démocratique du Congo (RDC) qui ont été perpétrés l'année dernière.

« Nous devons répondre rapidement et efficacement à de tels crimes où que ce soit et à tout moment », a-t-il conclu.

Pour sa part, la Directrice exécutive de l'ONU-Femmes, Michelle Bachelet, a également appelé à renforcer le rôle des femmes dans la médiation et la résolution des conflits.

« Si la participation des femmes est essentielle, et non optionnelle, pourquoi est-ce toujours l'ingrédient manquant dans la prévention des conflits et la médiation ? Nous avons besoin d'un engagement de la part de chacun d'entre nous : le Conseil de sécurité, les Etats Membres, la société civile et les Nations Unies, afin de pleinement impliquer les femmes dans la prévention et la médiation des conflits », a dit Mme Bachelet devant le Conseil de sécurité.

« Cela fera progresser la paix et la sécurité et la démocratie dans le monde entier », a-t-elle martelé.

Dans le domaine de la protection, Mme Bachelet a salué les résultats atteints en République démocratique du Congo, en Haïti et au Darfour où les patrouilles de protection dans les communautés et dans les camps de déplacés ont permis de réduire le nombre de cas de violences sexuelles.

A l'issue du débat, la présidente du Conseil de sécurité, actuellement la Représentante permanente du Nigéria, Joy Ogwu, a réaffirmé vendredi l'importance de la « contribution que les femmes peuvent apporter aux efforts de prévention des conflits et de médiation » et a encouragé « les États Membres et les organisations internationales et régionales à prendre des mesures visant à accroître le nombre de femmes participant à des activités de médiation ».

Le Conseil souligne « combien il importe de créer des conditions propices à la participation des femmes à tous les stades des processus de paix et de contrer les partis pris sociaux défavorables à la pleine participation des femmes, sur un pied d'égalité, au règlement des conflits et à la médiation ».


News Tracker: autres dépêches sur la question

L'ONU se félicite que le Prix Nobel de la paix ait été décerné à trois femmes

En savoir plus






Plus de vidéo »


Coup de projecteur