ONUDC : le crime organisé a blanchi 1.600 milliards de dollars en 2009

Un consommateur d'héroïne au Pakistan.

25 octobre 2011 – L'Office des Nations Unies contre la drogue et le crime (ONUDC) estime dans son dernier rapport publié mardi que la criminalité organisée mondiale aurait blanchi 1.600 milliards de dollars pour la seule année 2009, soit environ 2,7 % du Produit intérieur brut mondial.

« Traquer les flux de fonds illicites générés par le trafic de drogues et le crime organisé et analyser comment ils ont été blanchis au travers de la finance mondiale reste une tâche très difficile », a expliqué mardi le Directeur exécutif de l'ONUDC, Yury Fedotov, à l'occasion de la publication du rapport intitulé, « Estimations des flux financiers illicites résultant du trafic de drogues et autre crime organisé transnational ».

La présentation du rapport s'est déroulée à l'occasion de la quatrième Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption qui se tient à Marrakech, au Maroc entre le 24 et le 28 octobre. L'objectif de la Conférence est d'examiner les mesures à prendre pour combattre la corruption dans le monde entier. Avec 155 Etats parties, la Convention constitue l'un des instruments de lutte anti-corruption les plus importants.

Selon le rapport, moins de 1% des fonds illicites sont actuellement saisis ou gelés. Selon les experts, le trafic illégal de drogues constitue la moitié des revenus du crime organisé. Le marché de la cocaïne est le plus lucratif pour les criminels, représentant environ 84 milliards de dollars en 2009.

Le rapport rappelle que les cultivateurs de coca des Andes se partagent 1 milliard de dollars alors que les bénéfices engrangés par les trafiquants s'élèvent aux Etats-Unis à 35 milliards de dollars et en Europe de l'ouest et centrale à environ 26 milliards de dollars. L'étude de l'ONUDC révèle qu'environ la moitié de ces fonds ont été blanchis, principalement en Amérique du Nord et en Europe.

« Le défi de l'ONUDC est de travailler au sein du système de l'ONU et de ses Etats membres pour renforcer les capacités à traquer et à lutter contre le blanchiment d'argent, notamment en renforçant l'état de droit», a dit M. Fedotov.


News Tracker: autres dépêches sur la question

Le Printemps arabe a démontré le rejet de la corruption, selon l'ONUDC

En savoir plus





Coup de projecteur