L’ONU appelle les dirigeants du G20 à regarder au-delà de leurs frontières

Des manifestants du mouvement "Occupy Wall Street". Photo: David Shankbone

17 octobre 2011 – Dans la perspective d'un sommet du G20 qui se déroulera au début du mois de novembre à Cannes, en France, le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, en visite en Suisse, a appelé lundi les dirigeants de ce groupe réunissant les 20 plus grandes puissances économiques du monde à ne pas se concentrer uniquement sur leurs problèmes intérieurs mais à s'attacher à restaurer la confiance avec les peuples, dans ce moment de crise économique sans précédent.

« Je souhaite transmettre un message fort aux dirigeants du G20, sur le fait que regarder uniquement leurs propres problèmes intérieurs ne leur donnera aucune réponse à la grave crise économique internationale. Les dirigeants du G20 ont une responsabilité cruciale de s'occuper de leurs propres économies mais aussi de l'économie globale », a déclaré Ban Ki-moon lors d'une conférence de presse à Berne avec la Présidente de la Confédération suisse, Micheline Calmy-Rey.

Le Secrétaire général a notamment souligné l'importance « de restaurer la confiance des peuples ».

« Les dirigeants doivent regarder au-delà de leur frontières nationales », a-t-il ajouté. « Ils doivent opter pour une vision large afin de sauver ce monde. Nous devons régler les problèmes avec un sens du compromis et de la flexibilité ».

Il a rappelé que les populations espéraient voir des plans d'action concrets pour rétablir la situation économique.

« C'est ce que nous voyons dans le monde entier, partant de Wall Street », a-t-il dit faisant référence au mouvement de contestation populaire contre la finance qui se développe aux Etats-Unis depuis quelques semaines et intitulé « Occupy Wall Street ».

« Les populations sont en train de montrer leurs frustrations en essayant d'envoyer des messages clairs et sans ambiguïté au monde », a expliqué le Chef de l'ONU.

Il a rappelé que les économies du G20 représentent 80% du Produit intérieur brut mondial et 85% de la population mondiale.

Dans le même temps, les dirigeants « ne devraient pas perdre de vue les milliards de personnes qui sont affectées par toutes ces crises qui se déroulent dans le monde développé. C'est le message que j'essaie d'envoyer avant de participer moi-même au Sommet de Cannes », a-t-il conclu.

Dimanche, Ban Ki-moon s'est exprimé devant la 125ème Assemblée de l'Union interparlementaire à Berne, et a rappelé aux dirigeants du G20 la nécessité, en ces temps de crise, d'être imaginatifs pour trouver de nouveaux moyens de financer le développement et les énergies renouvelables pour tous.

« Dans le monde entier, j'entends des gens dire qu'il faudra imposer des ajustements économiques. Mais n'ajustez pas nos espoirs. N'ajustez pas nos rêves d'enfants. Les décisions que nous prenons aujourd'hui doivent renforcer les fondations pour la prospérité économique pour tous », a-t-il martelé.


News Tracker: autres dépêches sur la question

La Chine veut faire du G20 un outil de gouvernance économique de long terme

Aucun résultat
Aucun résultat