Yémen : Navi Pillay exhorte toutes les parties à cesser les abus

La Haut Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme, Navi Pillay.

22 septembre 2011 – La Haut Commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme, Navi Pillay, a exhorté jeudi le gouvernement et les groupes d'opposition au Yémen à lancer un dialogue véritable et complet pour prévenir de nouvelles violences dans le pays, après plusieurs jours de violence sanglante.

« Le Yémen est à un carrefour très sensible et dangereux et le gouvernement et l'opposition doivent faire preuve de prudence, avec le soutien de la communauté internationale, pour passer cette phase et arriver à une paix durable, avec le respect pour les droits humains de son peuple », a déclaré Mme Pillay.

La Haut Commissaire a condamné l'usage de munitions réelles et de tireurs d'élite par les forces de sécurité et leurs affiliés contre les manifestants sur la Place du changement et aux alentours à Sana'a et sur Place de la Liberté à Taëz. Elle a aussi condamné le recours à la violence par les groupes armés anti-gouvernementaux. Les affrontements auraient entraîné des dizaines de morts surtout parmi des manifestants non armés au cours des derniers jours.

« Ma mission d'évaluation en juin au Yémen a conclu que l'Etat avait utilisé une force excessive pour réprimer les manifestations - y compris l'utilisation de canons à eau reliés au système des eaux usées, l'usage de balles réelles, de tireurs d'élite et finalement d'armes lourdes en fin de compte. Le résultat a été de lourdes pertes en vies humaines. Au cours des derniers jours, nous avons vu une répétition de tactiques similaires avec pour résultat de lourdes pertes en vies humaines. Il est décevant que les leçons n'aient pas été apprises et que les violations se soient répétées ».

Mme Pillay a demandé instamment au gouvernement d'agir rapidement pour mettre en œuvre toutes les recommandations contenues dans le rapport de sa mission d'évaluation au Yémen, qui a été publié la semaine dernière. Elle a cité en particulier la recommandation visant à autoriser une enquête internationale indépendante sur les violations qui ont eu lieu, pour traduire les responsables en justice et indemniser les victimes. Elle a également souligné l'appel pour la création d'un bureau du Haut Commissariat aux droits de l'homme (HCDH) au Yémen et a exhorté les autorités à poursuivre dans l'esprit de coopération avec son bureau, en permettant que cela arrive bientôt.

« Nous sommes prêts à aider le Yémen à avancer et espérons que le gouvernement du Yémen accepte notre main tendue », a déclaré Mme Pillay. « La communauté internationale a la responsabilité d'utiliser tous les moyens disponibles pour mettre fin à ce conflit prolongé. »


News Tracker: autres dépêches sur la question

Yémen : inquiète de la flambée de violence, l'ONU appelle à la retenue

En savoir plus