Objectifs du Millénaire : l’ONU appelle les bailleurs à intensifier leur aide

L’Objectif du Millénaire numéro 8 : un partenariat mondial pour le développement.

16 septembre 2011 – Les bailleurs de fonds doivent intensifier leur soutien pour aider les pays à atteindre les Objectifs du Millénaire fixés en 2000 afin de vaincre la faim, la pauvreté, les maladies et un grand nombre d'autres maux sociaux avant l'échéance fixée de 2015, selon un rapport de l'ONU publié vendredi.

Le Rapport annuel 2011 du Groupe de réflexion sur le retard pris dans la réalisation des Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD), intitulé “Le partenariat mondial pour le développement : Le moment d'agir” a été présenté par le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon. Le rapport souligne que le soutien international a beaucoup augmenté depuis que les objectifs ont été fixés en 2000, puisque l'année dernière les bailleurs de fonds ont apporté le montant record de 129 milliards de dollars à l'assistance au développement.

« La communauté internationale n'a cependant pas encore atteint les objectifs que nous avons nous mêmes fixés. Il y a une différence troublante entre ce que nous avons promis et ce que nous faisons réellement pour soutenir le partenariat mondial pour le développement, et ce fossé menace de s'élargir, » a mis en garde Ban Ki-moon.

Le Groupe de réflexion a été créé en 2007 par le Secrétaire général pour évaluer les progrès pour atteindre le huitième Objectif du Millénaire pour le développement, « Mettre en place un partenariat mondial pour le développement ». À l'approche de la date butoir de 2015, Ban Ki-moon a appelé à un redoublement des efforts pour atteindre à temps les objectifs.

« Les perspectives économiques mondiales restent sans doute incertaines, mais cela ne peut pas servir de prétexte pour l'inaction. Nous n'avons pas les moyens de laisser les pauvres prendre encore du retard, » a déclaré le Secrétaire général.

La possibilité d'avancer par le biais du commerce international, qui a traditionnellement servi de moyen de sortir de la pauvreté, semble écartée par la situation économique actuelle. Le rapport met en garde contre le protectionnisme comme réponse à la croissance ralentie, une mesure qui pénaliserait les pays pauvres, ce qui aurait des répercussions néfastes pour tous. De plus, la crise financière a ralenti le processus d'allègement de la dette qui pèse sur de nombreux pays pauvres.

« Ce rapport a mis en évidence les défis énormes auxquels nous faisons face dans notre travail pour remplir les OMD. Certains verront cela comme une évaluation morne, mais j'ai choisi de voir cela de façon plus optimiste. La campagne mondiale pour les OMD a inscrit des progrès très importants en l'espace de peu de temps. Un contrôle plus efficace des maladies, davantage d'enfants scolarisés, le développement de nouvelles technologies capables d'apporter de nouvelles solutions, » a rappelé Ban Ki-moon.

« Il y a une conscience croissante qu'en aidant les populations vulnérables du monde à surmonter la pauvreté, la faim et les maladies nous investissons dans un avenir commun, ce n'est donc pas seulement une obligation morale. Avec des efforts communs et avec de la solidarité, nous arriverons à combler les failles identifiées dans ce nouveau rapport, » a indiqué le Secrétaire général.

Le Groupe de réflexion regroupe plus de 20 agences onusiennes, le Fonds monétaire international (FMI), la Banque mondiale, l'Organisation mondiale du commerce (OMC), et l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE).


News Tracker: autres dépêches sur la question

Le développement durable, priorité de Ban Ki-moon pour son second mandat

En savoir plus






Plus de vidéo »


Coup de projecteur