L'Assemblée générale ouvre sa 66e session, le Président présente ses priorités

Le Président de l’Assemblée générale de l’ONU, Nassir Abdulaziz Al-Nasser.

13 septembre 2011 – A l'occasion de l'ouverture de la 66e session de l'Assemblée générale des Nations Unies mardi à New York, le nouveau Président de cet organe onusien, Nassir Abdulaziz Al-Nasser, a présenté les quatre priorités de son mandat.

« Nous nous réunissons à un moment critique de l'histoire des nations. Les peuples du monde mettent leurs systèmes de gouvernance en question et ils n'ont plus peur de demander ce qu'ils méritent et recherchent activement le changement. L'environnement réagit aux mauvais traitements que lui inflige l'homme avec un nombre apparemment interminable de catastrophes et de crises humanitaires. L'économie mondiale fait face à la plus grave crise financière depuis la grande dépression ce qui menace les efforts globaux pour promouvoir la croissance et la prospérité. Les peuples opprimés et ceux qui vivent sous occupation étrangère aspirent à la liberté. Un monde interdépendant et interconnecté nous oblige à repenser la façon dont nous travaillons ensemble aux nations Unies, » a déclaré M. Al-Nasser.

La première priorité identifiée par le nouveau Président de l'Assemblée générale est la résolution pacifique des conflits. Selon lui, l'histoire a montré que la résolution par négociation donne les résolutions les plus solides et durables. M. Al-Nasser a choisi de proposer le thème du « rôle de la médiation dans la résolution de conflits » pour le débat général de cette année.

Sa seconde priorité est la réforme et la revitalisation des Nations Unies. L'ONU est construite sur des bases solides, mais les institutions ont été conçues dans un monde sortant de la Seconde guerre mondiale. Aujourd'hui, le monde est plus interdépendant, complexe et change plus rapidement. Les changements sont essentiels au cycle de vie et après six décennies l'ONU a besoin d'être réformée, a-t-il estimé.

Sa troisième priorité est d'améliorer la prévention et la réponse aux catastrophes. Le monde a subi récemment un nombre sans précédents de catastrophes naturelles et créées par l'homme. Les températures augmentent, les plaques tectoniques sont en mouvement, et les sécheresses sont plus fréquentes. Les populations deviennent plus vulnérables à l'insécurité alimentaire et aux crises de santé et d'éducation. Pour répondre à ces problèmes, la coopération entre les différents acteurs doit être améliorée. Il faut investir dans la préparation et réduire les vulnérabilités face aux dangers naturels, a jugé le nouveau Président de l'Assemblée générale.

Finalement, sa dernière priorité est le développement durable et la prospérité mondiale. Les travaux de préparations sont en cours pour la Conférence des Nations Unies sur le développement « Rio+20 ». Cette conférence qui aura lieu en juin 2012 sera l'occasion pour la communauté internationale de s'engager sur le développement durable, l'éradication de la pauvreté et la réalisation des Objectifs du Millénaire pour le développement.

« J'espère que ces quatre priorités serviront de cadre pour concentrer nos efforts durant cette session de l'Assemblée générale. Il y aura bien entendu d'autres sujets à discuter, y compris la progression dans le domaine de la lutte contre le terrorisme et le renforcement du volet du maintien de la paix. Durant cette session nous allons délibérer de façon approfondie sur des sujets liés au développement, au droits de l'homme et aux questions de sécurité mondiale, » a indiqué M. Al-Nasser.

Lors de cette inauguration de la 66e session de l'Assemblée générale, le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a pour sa part rendu hommage à l'ancien Secrétaire général Dag Hammarskjöld qui a présidé aux destinées des Nations Unies il y a 50 ans dans un contexte très tumultueux de décolonisation et de fortes divisions.

« Je repense à la réunion de l'Assemblée générale qui a eu lieu deux jours après sa mort. Notre monde était nettement divisé à l'époque. Les débats à l'Assemblée étaient polarisés. Mais à cette occasion, les représentants du monde entier ont parlé d'une seule voix pour partager le désarroi que la disparition de Dag Hammarskjöld avait causée », a déclaré Ban Ki-moon.

Le Secrétaire général a également rendu hommage à Dag Hammarskjöld pour son rôle dans les opérations de maintien de la paix, de la première opération suite à la crise de Suez à l'opération au Congo.

« Il était l'architecte du maintien de la paix tel que nous le connaissons aujourd'hui. Au Congo, l'opération complexe qu'il avait conçue allait plus loin. Elle contenait les éléments de ce que nous appelons actuellement le rétablissement et la consolidation de la paix. C'est grâce à sa crédibilité qu'il a su construire en tant que Secrétaire général qu'il a pu convaincre les Etats membres, » a rappelé Ban Ki-moon.

Dans un discours séparé, M. Al-Nasser a également rendu hommage à Dag Hammarskjöld en tant que pionnier de la diplomatie préventive.

« M. Hammarskjöld eu un rôle primordial dans le façonnement des méthodes opérationnelles des Nations Unies. Il était la force motrice pour l’établissement de la première force d’urgence des Nations Unies dédiée à sécuriser et superviser la cessation des hostilités dans la région du canal de Suez, une approche qui est désormais au cœur de nos activités de maintien de la paix » a dit M. Al-Nasser.


News Tracker: autres dépêches sur la question

L'Assemblée générale clôt sa 65e session, Joseph Deiss fait ses adieux

En savoir plus






Plus de vidéo »


Coup de projecteur