Sur les réseaux sociaux, Ban Ki-moon réaffirme les principes de l'ONU

Le Secrétaire général Ban Ki-moon (à droite) répond aux questions des internautes du monde entier.

13 septembre 2011 – Dans une conversation mondiale retransmise sur les réseaux sociaux Facebook et Weibo (réseau chinois), le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a répondu mardi en direct du Siège de l'ONU à New York, à une dizaine de questions posées par des internautes et en a profité pour réaffirmer les principes des Nations Unies.

Mme Juju Chang de la chaîne de télévision américaine ABC News a joué le rôle de facilitatrice en collectant les questions posées en direct et en sélectionnant quelques questions parmi celles postées depuis plusieurs jours sur Facebook, Twitter et Weibo.

Alors que les dirigeants de tous les pays se préparent à converger vers New York pour participer à la 66e session de l'Assemblée générale des Nations Unies la semaine prochaine, cette conversation mondiale a permis aux utilisateurs des réseaux sociaux d'interpeller directement le Secrétaire général de l'ONU et de lui poser les questions qui leur tiennent à cœur.

La première question, posée en espagnol via Twitter, a interrogé le chef de l'ONU sur l'état de la réforme des Nations Unies. Le Chef de l'ONU a souligné la complexité de prendre des décisions dans une organisation composée de 193 membres.

« Créer une organisation plus efficace et efficiente est notre grand défi et notre objectif », a dit Ban Ki-moon. « Nous essayons de rendre l'Organisation plus mobile, plus efficace et plus transparente ».

Plus de la moitié des questions posées l'ont été par des Chinois. L'un d'entre eux a demandé au Secrétaire général d'expliquer les raisons de la faim en Afrique alors que le monde produit assez de nourriture pour alimenter toute sa population.

« Il est vrai qu'environ un milliard de personnes souffrent de la faim dans le monde », a dit le Secrétaire général. « Le problème c'est que la nourriture n'est pas distribuée de manière équitable, c'est une injustice sociale que nous devons régler ».

Il a également souligné que les phénomènes de changements climatiques tels que les inondations et la sécheresse ont un impact quotidien sur la vie des populations. Evoquant la crise alimentaire qui frappe la Corne de l'Afrique et particulièrement la Somalie, le chef de l'ONU a noté le rôle important des Nations Unies dans l'acheminement de l'aide humanitaire et dans le soutien aux institutions somaliennes depuis 20 ans.

Plusieurs questions concernant des sujets précis ont été postées sur les plateformes. Sur la question palestinienne, Ban Ki-moon a rappelé qu'il était « un grand supporter de la vision à deux Etats », Israël et Palestine. D'autre part, il a aussi réaffirmé la politique de « tolérance zéro » concernant les violences et l'exploitation sexuelle de la part de Casques bleus. Enfin, il s'est félicité de la création en début d'année de l'ONU-Femmes, agence des Nations Unies destinée à lutter pour l'équité des genres.

Il a également insisté sur la nécessité de se concentrer sur les jeunes qui, comme le « printemps arabe » l'a montré, sont « les leaders de demain ».

De nombreuses questions ont concerné la vie privée du Secrétaire général, sujet sur lequel il est habituellement réservé. Répondant à une question sur ses loisirs préférés, il a indiqué que passer un maximum de temps avec ses petits enfants était « une source d'inspiration ».

La facilitatrice, Juju Chang, a conclu la conversation au bout d'une demi-heure d'échanges, se félicitant de l'activité débordante de la blogosphère pendant l'entretien.


News Tracker: autres dépêches sur la question

Discutez avec Ban Ki-moon en direct mardi sur les réseaux sociaux

En savoir plus





Coup de projecteur