Pacifique : Ban Ki-moon met en garde contre l’impact du changement climatique

Le Secrétaire général Ban Ki-moon à Tarawa, à Kiribati.

5 septembre 2011 – En visite à Kiribati, dans le Pacifique, le Secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, a rappelé lundi que le changement climatique posait une menace sérieuse pour les moyens de subsistance, la sécurité et la survie des habitants de ce pays et des autres îles du Pacifique.

Le Secrétaire général a rencontré le Président de Kiribati, Anote Tong. Les deux dirigeants ont réaffirmé qu’il était nécessaire d’agir rapidement au niveau international pour réduire les émissions de gaz à effet de serre et qu’il fallait octroyer les fonds pour financer les programmes destinés à s’attaquer à l’impact du changement climatique sur les communautés de la région.

Ils ont également souligné les faiblesses et les besoins en matière de développement des petits Etats insulaires en développement, en insistant sur l’importance d’un soutien cohérent et coordonné pour ces pays.

Ban Ki-moon a relevé les mesures prises par Kiribati, notamment la gestion des mangroves, la préservation de la biodiversité dans la zone protégée des îles Phoenix, la gestion des ressources en eau et la lutte contre l’érosion côtière.

Il a remercié M. Tong pour sa participation active aux efforts multilatéraux pour lutter contre le changement climatique, en particulier en plaidant pour le dialogue entre les parties à la Convention cadre des Nations Unies sur le changement climatique.

Lors de sa visite, le Secrétaire général de l’ONU a également rencontré le Président du Parlement, le chef de l`opposition et le Ministre de l’environnement, ainsi que des villageois avec qui il a parlé de leurs préoccupations concernant les effets du changement climatique.

A la fin de sa visite, Ban Ki-moon a planté avec le Président Tong et des jeunes de Kiribati des mangroves sur une plage à Stewart Causeway afin d’aider à protéger la zone des effets de la montée du niveau de la mer. Il a dit aux journalistes que planter des mangroves était l’un des moyens les moins chers et les plus sûrs pour protéger les environnements côtiers.

"Planter des mangroves peut paraître simple. Mais cela aide l’économie. Cela génère des revenus", a souligné le Secrétaire général. "J’appelle les dirigeants du monde à agir maintenant. J’ai été très surpris de voir l’impact des marées hautes, qui inondent ces villages et ces routes. On peut l’empêcher en agissant maintenant".


News Tracker: autres dépêches sur la question

Climat : l’ONU rappelle l'importance de l'aide aux États insulaires du Pacifique

En savoir plus





Coup de projecteur