Sri Lanka : l'ONU déplore le manque de progrès sur des cas de disparitions

Des enfants sri lankais.

29 juillet 2011 – Le Haut commissariat des Nations unies aux droits de l'homme (HCDH) a indiqué vendredi qu'un cadavre, supposé être celui d'un défenseur éminent des droits de l'homme a disparu depuis février 2010, a été exhumé jeudi au Sri Lanka et a appelé à plus de progrès sur les milliers de cas de disparitions dans le pays.

« Nous espérons que l'enquête va être mené et que l'auteur de ce crime sera poursuivi afin d'ouvrir la voie à des progrès similaires dans les milliers de cas de personnes disparus au Sri Lanka », a déclaré Ravina Shamdasani de la part du porte-parole du HCDH, Rupert Colville.

Dans ce cas particulier, Pattani Razeek, membre dirigeant de réseaux d'organisations non gouvernementales régionales, a été vu pour la dernière fois le 11 février 2010 non loin de la mosquée de Pollonaruwa dans la province centrale du nord. Pendant plusieurs mois, sa famille et ses collègues ont reçu des appels de personnes demandant une rançon. Les investigations de la police ont fait très peux de progrès et des accusations d'interférences politiques ont été lancés. Les membres et les leaders de la communauté musulmane ont été menacés dans le but de les forcer à abandonner le dossier.

« Ce n'est que depuis quelques semaines que deux suspects ont été arrêtés en relation avec le cas. Les éléments qu'ils ont fournis ont permis de trouver l'emplacement du cadavre. Maintenant que le sort de ce défenseur des droits de l'homme a été élucidé, il est temps d'éclaircir les circonstances de ce crime affreux et faire justice à la famille du défunt », a indiqué la porte-parole du HCDH.

« Nous espérons que des progrès similaires vont être faits dans la recherche des faits dans les cas de plusieurs milliers d'individus disparus pendant et depuis le conflit au Sri Lanka », a-t-elle poursuivi.

Parmi ces cas, M. Prageeth Ranjan Bandara Ekneligoda, un journaliste et caricaturiste indépendant a été porté disparu depuis janvier 2010. Le HCDH a vivement incité le gouvernement de Sri Lanka à enquêter rapidement et de présenter les informations trouvées quant au sort de M. Ekneligoda.

« Nous encourageons le gouvernement de demander l'assistance du Groupe de travail sur les disparitions forcées ou involontaires Des Nations unies, qui a enregistré 5.653 cas au Sri Lanka », a conclu la porte parole.


News Tracker: autres dépêches sur la question

Le Sri Lanka doit enquêter sur des exécutions qui ont été filmées, selon un expert