Côte d'Ivoire : l'ONUCI va mener une collecte d'armes à Yopougon

Des casques bleus à Abidjan.

14 juillet 2011 – L'Opération des Nations Unies en Côte d'Ivoire (ONUCI) va procéder vendredi 15 juillet dans le quartier de Yopougon, à Abdjan, à une collecte d'armes légères de petit calibre, volontairement remises par des miliciens et civils désireux de déposer leurs armes, a annoncé jeudi le porte-parole de l'ONUCI, Hamadoun Touré.

Cette opération pilotée par la Division de Désarmement, Démobilisation et Réintégration (DDR) de l'ONUCI est menée en collaboration avec la Commission nationale des armes légères de petit calibre et le Programme national de réinsertion et de réhabilitation communautaire (PNRCC) et le soutien des Forces républicaines de Côte d'Ivoire (FRCI). Elle entre dans le cadre du désarmement des miliciens et civils, a indiqué M Touré lors d'un point de presse hebdomadaire de la mission,

La Directrice de la Division DDR, Sophie Da Camara, insistant sur la pacification et la sécurisation du pays en général et de Yopougon en particulier, a exhorté les populations de cette commune à venir déposer les armes en leur possession, avant de donner aux miliciens qui souhaiteraient participer à cette opération, des garanties de sécurité.

Elle a également informé les journalistes de la poursuite de ce genre d'opération sur tout le territoire national. Faisant un bilan de l'opération de collecte des armes, Mme Da Camara a indiqué qu'énormément d'armes et de munitions avaient été déjà récupérées à Abidjan, au lendemain de la crise, et que des phases importantes de désarmement et d'enregistrement avaient eu lieu au mois de juin.

« Au fur et à mesure que nous serons sollicités, nous allons continuer à collecter les armes mais surtout à enregistrer les miliciens pour accompagner les ex-combattants dans une réinsertion sociale », a dit la Directrice du DDR.

S'agissant de la situation des droits de l'homme, le porte-parole a exprimé la préoccupation de l'ONUCI face aux exactions commises par des éléments des FRCI sur les populations locales.

« Au cours de la semaine passée, au moins 25 cas de torture et mauvais traitements ont été rapportés à Daloa, Gabia Kinkeninda (260km de Bouaké) et Zoukougbeu (40 km de Daloa). Au moins quatre personnes ont été menacées de mort par ces mêmes éléments », a-t-il indiqué.


News Tracker: autres dépêches sur la question

Côte d’Ivoire : le chef de l’ONUCI rend visite à l’ex-Président Gbagbo

En savoir plus



Coup de projecteur