L'ECOSOC souligne le rôle central de l'éducation dans le développement

8 juillet 2011 – Les pays participant au segment de haut niveau du Conseil économique et social des Nations Unies (ECOSOC) à Genève ont adopté vendredi une déclaration ministérielle qui reconnaît les liens étroits entre l'éducation et la réalisation des Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD), plaçant ainsi l'éducation au cœur du développement.

La Déclaration, adoptée à l'unanimité, note l'importance d'aller au-delà du deuxième OMD sur l'éducation primaire universelle en faveur d'une approche plus holistique et une vision inclusive des systèmes d'éducation.

« Cette déclaration représente une reconnaissance claire par les États membres du rôle central que joue l'éducation dans le développement social et économique », a déclaré la Directrice générale de l'Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO), Irina Bokova. « Je suis persuadée que la vision exprimée dans ce document sera un puissant levier pour mobiliser les ressources et accélérer les progrès vers 'l'Education pour Tous' ».

Les États membres ont réaffirmé la promesse faite au Forum mondial sur l'éducation, à Dakar, au Sénégal, en 2000, d'atteindre les six objectifs du projet de « l'Education pour Tous » et le rôle de premier plan de l'UNESCO dans la mise en œuvre de ce projet.

Une plus grande attention concernant la transition après l'enseignement primaire, l'accès à l'enseignement secondaire, l'enseignement professionnel et l'éducation informelle, ainsi que l'entrée sur le marché du travail, a été recommandée. Les pays ont également préconisé la promotion d'un accès élargi à l'enseignement supérieur de qualité.

Les ministres ont exprimé leur préoccupation au sujet des inégalités persistantes en matière d'éducation entre les pays et à l'intérieur de ceux-ci, et le manque de progrès sur des objectifs spécifiques de l'Education pour Tous, en particulier l'éducation de qualité, les soins et l'éducation de la petite enfance, le développement des compétences et l'alphabétisation des adultes. Ils ont appelé à une coopération internationale plus efficace pour avancer dans ces domaines.

A l'ouverture du segment de haut niveau le 4 juillet, Mme Bokova avait appelé à un nouveau pacte mondial de solidarité. Elle avait exhorté les pays à faire preuve de volonté politique et d'innovation et avait encouragé les partenariats afin de combler les lacunes qui freinent les progrès vers l'Education pour Tous. « Moins de quatre ans avant 2015, nous ne pouvons pas accepter le statu quo », avait-elle dit.


News Tracker: autres dépêches sur la question

L’éducation ne doit pas subir de coupes budgétaires - expert de l’ONU

Aucun résultat
Aucun résultat