Climat : une révolution industrielle nécessaire pour éviter une catastrophe

5 juillet 2011 – L'humanité a besoin d'une révolution technologique plus importante et plus rapide que la première révolution industrielle pour éviter « une catastrophe planétaire majeure » due au changement climatique et à la dégradation de l'environnement, selon un nouveau rapport des Nations Unies publié mardi.

Des investissements importants seront nécessaires dans le monde entier pour développer des technologies d'énergie propre, des techniques agricoles et forestières durables et des technologies permettant de réduire la production de déchets qui ne sont pas biodégradables, estime cette « Enquête mondiale économique et sociale 2011 : la grande transformation technologique verte », publiée par le Département des affaires économiques et sociales des Nations Unies (DESA).

« C'est l'expansion rapide de l'utilisation de l'énergie, principalement alimentée par les combustibles fossiles, qui explique pourquoi l'humanité est sur le point de dépasser les limites de la planète en raison du réchauffement climatique et de la perte de biodiversité », souligne le rapport. « Une transition énergétique mondiale totale est nécessaire de toute urgence afin d'éviter une catastrophe planétaire majeure. »

L'enquête indique que 1.900 milliards de dollars par an seront nécessaires au cours des 40 prochaines années pour investir dans les technologies vertes. Au moins 1.100 milliards de cette somme devront être investis dans les pays en développement pour répondre aux besoins croissants en nourriture et en énergie.

« Une transformation technologique, à une plus grande échelle et dans un laps de temps beaucoup plus court que la première révolution industrielle, est nécessaire », estime le rapport. « L'ensemble des nouvelles technologies nécessaires doivent permettre aux pauvres d'aujourd'hui d'atteindre un niveau de vie décent, tout en réduisant les émissions et les déchets et en mettant fin à l'utilisation effrénée des ressources non renouvelables de la planète. »

« Mener une nouvelle révolution technologique à un rythme plus rapide et à l'échelle mondiale nécessitera l'intervention active des gouvernements et une plus grande coopération internationale. De profonds changements technologiques nécessiteront une profonde transformation sociale, avec un changement des habitudes de consommation et de meilleures valeurs sociales, » ajoute le rapport.

Dans la préface du rapport, le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, écrit que « plutôt que de considérer la croissance et le développement durable comme des objectifs concurrents condamnés à entrer en collision, nous devons les voir comme des impératifs complémentaires se renforçant mutuellement. Cela devient possible lorsque nous embrassons un modèle économique à faible teneur en carbone, économe en ressources et favorable aux pauvres. »

« Le statu quo n'est pas une option. Une tentative de surmonter la pauvreté mondiale grâce à la croissance des revenus générés par les actuelles technologies 'sales' dépasserait les capacités à long terme de l'environnement », conclut le rapport.


News Tracker: autres dépêches sur la question

L'ONU appelle les pays à agir sans attendre pour adopter une économie verte

En savoir plus





Coup de projecteur