L’ONU recommande d’améliorer la protection sociale pour sortir de la crise

Photo: Paul Keheler

22 juin 2011 – Alors que de nombreux pays sont en train d'appliquer des mesures d'austérité économique, un nouveau rapport du Département des affaires économiques et sociales de l'ONU recommande aux Etats d'augmenter les mesures de protection sociale afin de casser le cycle de pauvreté et créer des emplois permettant d'accélérer la reprise économique et la sortie de crise.

« La crise économique nous rappelle qu'il est essentiel pour la population d'être en bonne santé, bien nourrie, éduquée et adéquatement logée afin d'être plus productive et mieux contribuer à la société », a souligné le Sous Secrétaire général pour le développement économique, Jomo Kwame Sundaram.

Le document, publié mercredi par le DESA et intitulé « Rapport sur la situation sociale mondiale 2011 : la crise sociale globale », révèle que de nombreux gouvernements n'ont pas suffisamment prêté attention aux implications sociales de la crise économique mondiale. Les auteurs de l'étude estiment que les politiques économiques appliquées ont des impacts négatifs sur les populations spécifiquement en matière de nutrition, de santé et d'éducation.

L'une des principales inquiétudes exprimées par les experts de DESA sont les conséquences néfastes des politiques économiques sur la santé et l'éducation des populations les plus vulnérables. Les niveaux de pauvreté, de sous-alimentation et de chômage risquent de continuer d'augmenter et d'affecter des milliards de personnes dans les années à venir si ces politiques continuent d'être mises en œuvre.

« La déconnexion entre les politiques économiques et leurs conséquences sociales peuvent créer un cercle vicieux et un ralentissement du développement et du progrès social », a souligné Jomo Kwame Sundaram.

Les mesures d'austérité mises en place dans certaines économies développées en réponse à la hausse des dettes des Etats ralentissent la reprise économique et la sortie de crise, indique le rapport.

Les experts de DESA considèrent le défi de l'emploi comme la clé de la reprise économique. Le nombre de sans-emplois a augmenté de 28 millions de personnes depuis le début de la crise. Les gouvernements qui persistent dans les coupes budgétaires des services sociaux augmentent les risques de crise économique au moment où les populations ont le plus besoin de protection et d'emplois, prévient le rapport.

Enfin, le rapport souligne que les conséquences sociales ont été plus sévères dans les pays où les systèmes de protections sociales sont les plus faibles. Les experts indiquent que les mesures de protection sociale vont accélérer le rétablissement des économies et casser le cycle de pauvreté et réduire les inégalités.


News Tracker: autres dépêches sur la question

Le BIT appelle à la justice sociale lors la 100ème session de la Conférence du travail

En savoir plus






Coup de projecteur