L'Assemblée générale nomme Ban Ki-moon pour un 2e mandat de Secrétaire général

Le Secrétaire général Ban Ki-moon salue les délégués de l’Assemblée générale après sa reconduction.

21 juin 2011 – L'Assemblée générale des Nations Unies a adopté mardi par acclamation une résolution reconduisant Ban Ki-moon au poste de Secrétaire général de l'ONU, pour cinq ans, jusqu’au 31 décembre 2016.

Le Conseil de sécurité de l'ONU avait recommandé vendredi à l'Assemblée générale des Nations Unies de procéder à cette reconduction.

Le Président de l'Assemblée générale, Joseph Deiss, a remercié Ban Ki-moon pour le travail qu'il a accompli jusqu'ici à la tête de l'Organisation. « Votre reconduction aujourd'hui est la marque de l'estime et de la confiance que tous les Etats membres ont en vous », a-t-il dit.

Selon M. Deiss, Ban Ki-moon, lors de son premier mandat qui a démarré en janvier 2007, « a renforcé le rôle et la visibilité des Nations Unies, par l'adoption de mesures de réformes et le lancement d'initiatives innovatrices et stimulantes, mais aussi par un appel constant et sans faille au respect des droits de l'homme, de l'état de droit et des autres valeurs ancrées dans notre Charte. »

Le Président de l’Assemblée générale a mentionné la création du Département de l’appui aux missions et la création de l’ONU-Femmes. Il a souligné l’engagement de Ban Ki-moon « pour la lutte contre le changement climatique, pour le développement durable, ainsi que pour la sécurité dans l’utilisation du nucléaire civil. »

« Les événements récents nous l'ont à nouveau démontré, le monde a besoin des Nations Unies et les Nations Unies ont besoin d'un Secrétaire général qui affiche leadership et détermination. Le monde a besoin d'une organisation solide et crédible, dont le Secrétariat et les organes intergouvernementaux se renforcent mutuellement », a conclu Joseph Deiss.

Lors d’une cérémonie d’intronisation qui a suivi, Ban Ki-moon a prêté serment en plaçant sa main sur la Charte de l’ONU. Il s’agissait de l’exemplaire original signé à San Francisco, il y a plus de 60 ans. Cet exemplaire a été prêté pour l’occasion par les Archives nationales des Etats-Unis.

« Cela a été un grand privilège de servir en tant que votre Secrétaire général. Que vous me le demandiez à nouveau rend ce privilège encore plus grand. Reconnaissant envers votre soutien et votre encouragement, pleinement au courant des responsabilités, j’accepte avec fierté et humilité », a dit Ban Ki-moon aux membres de l’Assemblée générale après son intronisation.

Il a rappelé que l’ONU était aux premières lignes, « protégeant ceux qui en ont besoin et aidant à restaurer la paix ». « Au Soudan, en République démocratique du Congo et en Somalie, en Afghanistan, en Iraq et au Moyen-Orient. Nous nous sommes battus pour la démocratie, la justice et les droits de l’homme. En Côte d’Ivoire, en Afrique du Nord et ailleurs. Nous avons taillé une place au principe de la responsabilité de protéger », a-t-il souligné. « Nous avons créé ONU-Femmes pour que, partout, les femmes aient davantage de moyens d’action. Y compris dans le système des Nations Unies ».

Selon lui, rarement les Nations Unies n’ont été aussi utiles et nécessaires. « Le rôle des Nations Unies est de prendre la tête », a-t-il dit, estimant qu’il fallait toutefois « fournir des résultats ». « Les statistiques ne seront pas suffisantes. Nous avons besoin de résultats que les gens peuvent voir et toucher, des résultats qui changent les vies, font la différence ».

Le Secrétaire général a promis de mettre toute son énergie et sa détermination à respecter les principes fondamentaux de la Charte de l’ONU. « Ensemble, aucun défi n’est trop grand. Ensemble, rien n’est ‘impossible’ », a-t-il déclaré.

« Dans le cadre de mes fonctions de Secrétaire général, je travaillerai à servir de médiateur entre les Etats membres, au sein du système des Nations Unies, et entre les Nations Unies et les divers partenaires internationaux », a-t-il ajouté.

Selon le Secrétaire général, il ne faut pas oublier le chemin qui reste à faire. Il a insisté sur une action déterminée et concertée. S’agissant des ressources, en ces temps économiques difficiles, il a estimé qu’il fallait faire mieux avec moins.

Dans les semaines et mois à venir, Ban Ki-moon entrera en contact avec les Etats membres et d’autres partenaires pour connaître leurs vues et idées sur l’avenir. A partir de ces discussions, il présentera une vision à long terme pour le futur devant l’Assemblée générale en septembre. « D’ici à janvier, nous aurons un plan d’action détaillé pour réaliser ces objectifs, pas seulement pour 2012, mais bien au-delà », a-t-il ensuite précisé devant la presse.


News Tracker: autres dépêches sur la question

Le Conseil de sécurité recommande Ban Ki-moon pour un second mandat

En savoir plus





Plus de vidéo »


Coup de projecteur