L'Internet doit rester le plus libre possible, selon un expert de l'ONU

3 juin 2011 – Les gouvernements ont tendance à restreindre de plus en plus la circulation de l'information sur Internet à cause du potentiel de cet outil pour mobiliser des personnes et remettre en cause l'ordre établi, a déclaré vendredi le Rapporteur spécial des Nations Unies sur la liberté d'opinion et d'expression, Frank La Rue. Selon lui, il devrait y avoir le moins de restrictions possibles et elles devaient être prévues par la loi.

« Ces derniers mois, nous avons assisté à un mouvement croissant à travers le monde de personnes qui prônent le changement, qui sont pour la justice, l'égalité, la responsabilité des plus puissants et pour un meilleur respect des droits de l'homme », a déclaré M. La Rue, lors de la présentation de son nouveau Rapport sur le droit à la liberté d'opinion et d'expression sur Internet, devant le Conseil des droits de l'homme des Nations Unies à Genève.

« Toutefois, les caractéristiques uniques de l'Internet, qui permet aux citoyens de diffuser de l'information instantanément, de s'organiser et d'informer sur des situations d'injustice et d'inégalité dans le monde, ont suscité des craintes parmi les gouvernements et les puissants », a dit l'expert.

Dans son rapport, Frank La Rue explore les principales tendances et défis posés au droit des personnes à exercer leur droit à la liberté d'expression, garanti par l'article 19 du Pacte international relatif aux droits civils et politiques. Devant le Conseil des droits de l'homme, l'expert a insisté sur la manière dont s'appliquait le dispositif international des droits de l'homme afin d'évaluer si les gouvernements ne restreignaient pas excessivement la circulation de l'information.

« L'expression légitime continue d'être criminalisée dans de nombreux Etats, comme en témoigne le fait qu'en 2010, plus de 100 bloggeurs ont été emprisonnés », a mis en garde le Rapporteur spécial. « Les gouvernements utilisent de plus en plus des technologies sophistiquées pour bloquer le contenu, surveiller et identifier les militants et les détracteurs »

« Il devrait y avoir le moins de restrictions possible à la circulation de l'information via Internet, sauf dans quelques circonstances, tout à fait exceptionnelles et limitées prévues par les normes internationales des droits de l'homme», a souligné Franck La Rue. « Cela signifie que toute restriction doit être clairement prévue par la loi, qu'il soit prouvé qu'elles soient nécessaires et qu'elles soient les moins intrusives possibles dans l'objectif de protéger les droits des autres ».

Le Rapporteur spécial a par ailleurs appelé les gouvernements à élaborer un plan concret et efficace d'action pour rendre l'Internet largement disponible, accessible et abordable à tous les segments de la population.


News Tracker: autres dépêches sur la question

A l’ère du numérique, la liberté de la presse est plus importante que jamais

En savoir plus