Australie : Pillay appelle à améliorer la situation des autochtones

Des boomerangs autochtones d’Australie. Photo: Guillaume Blanchard

25 mai 2011 – Suite à une visite de six jours en Australie, la Haut commissaire aux droits de l'homme des Nations Unies, Navi Pillay, a souligné mercredi que l'Australie avait un attachement historique aux droits de l'homme mais que des problèmes demeuraient, liés au traitement des personnes autochtones et des demandeurs d'asiles, et que le pays devait améliorer sa réponse à ces problèmes.

La Haut commissaire aux droits de l'homme a salué les efforts de l'Australie pour favoriser les droits des personnes handicapées, les droits des personnes âgées - « un modèle pour les autres pays »-, mais aussi pour améliorer le leadership des femmes et combattre les violences à leur égard.

Elle a également souligné « les avancées du gouvernement afin d'adresser certains traitements inégaux auxquels font face les communautés aborigènes et les autochtones du détroit de Torrès ». « En particulier, je salue les Excuses Nationales, la reconnaissance formelle de la Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones, et les investissements importants consentis pour améliorer la santé et l'éducation de ces communautés. Cependant, je crois que ces efforts sont compromis par des politiques qui ne reconnaissent pas le droit à l'autodétermination pour les populations autochtones, qui est un élément clé de la Déclaration des Nations Unies », a expliqué l'experte onusienne.

Navi Pillay a exhorté les autorités australiennes à « une refonte fondamentale des mesures prises dans le cadre de la Réponse d'urgence dans le Territoire du Nord », en encourageant à consulter les communautés concernées par les futures mesures, mais aussi à obtenir leur consentement et leur participation active. « Un tel plan d'action serait conforme à la Déclaration des Nations Unies », a-t-elle déclaré.

La Haut commissaire a insisté par ailleurs sur le problème des demandeurs d'asile. « Lors de mes entretiens avec le Premier ministre et le ministre de l'immigration et de la citoyenneté, j'ai réitéré les préoccupations exprimées de longue date par l'ONU sur le régime de détention obligatoire des immigrants en situation irrégulière qui est en violation de obligations internationales de l'Australie en matière de droits de l'homme », a souligné Mme Pillay, en ajoutant que « des milliers d'hommes, de femmes et - plus inquiétant de tous - des enfants ont été détenus dans des centres australiens pendant des périodes prolongées, même s'ils n'avaient commis aucun crime ».

« Lorsque la détention est obligatoire et ne tient pas compte des circonstances particulières, elle peut être considérée comme arbitraire, et donc en violation du droit international », a noté la Haut commissaire aux droits de l'homme.

Elle a mentionné les propositions bilatérales entre l'Australie et la Malaisie relatives au traitement des demandeurs d'asile, en soulignant « que les arrangements devaient offrir des garanties suffisantes de conformité avec les normes internationales des droits de l'homme ».

Navi Pillay a enfin déploré les conséquences du « refrain politique disant que l'Australie est 'inondé' par des gens qui sont des 'resquilleurs', qui a donné lieu à une stigmatisation d'un groupe entier de personnes, indépendamment du lieu d'où ils viennent ou des dangers qu'ils peuvent avoir fuis ». « J'exhorte les dirigeants de tous les partis politiques de l'Australie à prendre une position courageuse afin de rompre cette habitude politique enracinée qui consiste à diaboliser les demandeurs d'asile », a-t-elle conclu.

Navi Pillay a entamé cette visite de six jours le vendredi 20 mai pour discuter de questions relatives aux droits de l'homme avec le gouvernement, la Commission australienne des droits de l'homme, les communautés aborigènes et autochtones du détroit de Torrès et des organisations non gouvernementales.


News Tracker: autres dépêches sur la question

Australie : l'aide au développement doit privilégier les droits de l'homme, selon l'ONU

En savoir plus





Coup de projecteur