La croissance mondiale est tirée par les économies émergentes, selon l'ONU

25 mai 2011 – L'économie mondiale se relève progressivement de la crise mais ce redressement s'effectue à un rythme inégal alors que la croissance est tirée par les économies émergentes, selon une version actualisée du rapport de l'ONU intitulé « Situation et perspectives de l'économie mondiale 2011 ».

Le rapport publié mercredi détaille les projections de croissance pour 2011 et 2012 dans les différentes régions du monde.

Aux Etats-Unis, la croissance du produit intérieur brut (PIB) devrait être de 2,6% en 2011 et de 2,8% en 2012, une croissance accompagnée d'un taux de chômage en baisse, à 8,2% en 2012. Le pays fait toujours face à des risques liés aux prix élevés des matières premières et du pétrole et à la détérioration de ses finances publiques.

Le Japon est confronté aux conséquences du séisme et du tsunami dévastateurs de mars 2011 et aux efforts de reconstruction avec une croissance attendue de 0,7% en 2011 et 2,8% en 2012. En Europe de l'Ouest, la croissance est toujours modeste avec une moyenne attendue de 1,6% en 2011 et en 2012 dans la zone euro tandis que les nouveaux membres de l'Union Européenne à l'Est devraient avoir une croissance moyenne de 3,1% en 2011 et de 4,0% en 2012.

Les économies émergentes tirent véritablement la croissance mondiale. Les pays d'Asie de l'Est vont subir une légère baisse de leur croissance qui va passer de 9,1% en 2010 à 7,3% en 2011 et 7,2% en 2012 et restent la région qui croît le plus vite. Tirés par l'Inde et le Sri Lanka, l'Asie du Sud doit enregistrer une croissance de 6,9% en 2011 et 7,0% en 2012 contre 7,1% en 2010.

L'Amérique latine et les Caraïbes devraient connaître une croissance moyenne de 4,5% en 2011 et de 4,9% en 2012 contre 5,9% en 2010. Quant à la croissance économique en Afrique, elle sera de 3,6% en 2011 mais doit s'accélérer en 2012 à 5,4%.

Le rapport « Situation et perspectives de l'économie mondiale » note que le taux de chômage reste une préoccupation majeure car le nombre de chômeurs de plus de six mois continue d'augmenter. Les économistes de l'ONU listent cinq défis politiques clés à relever à la lumière de ces prévisions 2011-2012. Si les défis changent selon les situations des pays, « les positions politiques actuelles au niveau national sont loin d'être adaptées pour répondre aux risques de l'économie mondiale et auraient plutôt tendance à les exacerber », alerte le rapport.

Les pays devraient, selon les experts des Nations Unies, ne pas s'embarquer dans des politiques d'austérité fiscale prématurément étant donné la reprise fragile. Ensuite, les politiques fiscales devraient être pensées pour avoir un impact sur l'emploi et encourager une croissance soutenue sur le moyen et long terme, par exemple en ciblant les investissements publics.

Le rapport note, en troisième point, la nécessité d'avoir une meilleure synergie entre les stimuli fiscaux et monétaires, notamment via des accords internationaux et des réformes plus profondes de la régulation des marchés financiers. Le rapport estime encore qu'il faut s'assurer que des ressources financières soient disponibles pour les pays en développement afin d'atteindre les Objectifs du Millénaire pour le développement. Enfin il exhorte à trouver une coordination politique crédible et efficace entre les économies majeures, et souligne l'urgence pour le G20 d'avoir un cadre d'action plus opérationnel.

Le rapport « Situation et perspectives de l'économie mondiale » est publié au début de chaque année par le Département des affaires sociales et économiques des Nations Unies, la CNUCED et les cinq commissions régionales des Nations Unies. Il est actualisé au milieu de l'année.


News Tracker: autres dépêches sur la question

Ban Ki-moon appelle à investir plus dans les économies des pays les moins avancés

Aucun résultat
Aucun résultat