Ouverture à l'ONU de l'Instance permanente sur les questions autochtones

Des enfants autochtones colombiens au Panama.

16 mai 2011 – A l'occasion de l'ouverture de la dixième Instance permanente sur les questions autochtones, le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon a souligné lundi la nécessité de transformer les paroles en actes afin de mieux protéger ces populations menacées dans le monde entier.

« Maintenant nous avons besoin de transformer la déclaration en principe de réalité », a déclaré lundi Ban Ki-moon dans son discours d'ouverture de la rencontre au siège de l'ONU, à New York.

Il a exhorté les participants à « faire entendre leur voix », pendant les réunions afin que le monde prenne conscience des menaces et des risques auxquelles les communautés autochtones sont confrontées.

Cette année plus de 1.300 personnes vont participer à cette rencontre qui s'étalera sur deux semaines. Les débats et discussions, qui auront lieu au siège de l'ONU, à New York, se concentreront notamment sur la mise en œuvre des principes énoncés dans la Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones.

« Cette rencontre peut jouer un rôle dynamique afin d'aider les peuples autochtones dans le monde entier à parvenir à l'autodétermination qu'ils méritent. Votre succès ici peut constituer un élan vers la Conférence mondiale sur les peuples autochtones de 2014. Vous pouvez identifier les moyens pour donner vie aux principes contenu dans la Déclaration », a-t-il conclu.

L'année dernière, les articles 3 et 32 de la Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones ont largement occupé les débats.

L'article 3 énonce que « les peuples autochtones ont le droit à l'autodétermination. En vertu de ce droit, ils déterminent librement leur statut politique et assurent librement leur développement économique, social et culturel ».

L'article 32 définit le droit des peuples autochtones « d'établir des priorités et des stratégies pour la mise en valeur et l'utilisation de leurs terres ou territoires et autres ressources ».

La Déclaration concerne environ 370 millions de personnes autochtones à travers le monde. C'est un document non contraignant qui formule leurs droits individuels et collectifs, ainsi que leurs droits en matière de culture, d'identité, de langue, d'emploi, de santé, d'éducation.


News Tracker: autres dépêches sur la question

La FAO lance une nouvelle politique en faveur des communautés autochtones

En savoir plus



Plus de vidéo »


Coup de projecteur