Le Sommet de Rio 2012 est une opportunité rare pour instaurer une croissance verte

Asha-Rose Migiro.

16 mars 2011 – A l'occasion d'un dialogue animé par le Panel de haut niveau sur la croissance durable à l'Assemblée générale de l'ONU, la Vice Secrétaire générale de l'ONU, Asha-Rose Migiro, a rappelé mercredi que le Sommet de Rio 2012 constituait une opportunité « rare » pour poser les jalons d'une croissance verte.

« Ce message, tous les gouvernements et les dirigeants doivent en tenir compte. Le développement durable dépend de trois piliers : économique, social et environnemental. Ce n'est pas seulement un sujet réservé aux ministres de l'environnement, mais à tous les domaines du gouvernement : finance, commerce, énergie, et à tous les niveaux, local, national et international », a déclaré mercredi Asha-Rose Migiro dans un discours prononcé devant l'Assemblée générale.

« Rio 2012 représente une rare opportunité pour découpler la croissance économique des déchets, de la pollution et la consommation non durable et de concentrer nos énergies pour renforcer le bien être de tous », a-t-elle ajouté.

En 2010, le Secrétaire général de l'ONU a mis en place un Panel de haut niveau pour la croissance durable. Le Groupe, composé de 21 membres de la société civile et de personnalités politiques, est co-présidé par la Présidente de la Finlande, Tarja Halonen, et le Président d'Afrique du Sud, Jacob Zuma.

« Lorsque le Secrétaire général de l'ONU a créé le Panel de Haut niveau sur la croissance durable l'année dernière, il a demandé à ses membres de voir grand et d'être pragmatique pour relever les défis du 21e siècle. Il a parlé du défi 50-50-50 c'est-à-dire comment pouvons-nous réduire 50% des émissions des gaz à effet de serre en alimentant une population qui pourrait augmenter de 50% en 2050 », a souligné Asha-Rose Migiro.

Le Panel devra rendre ses travaux à la fin de l'année 2011 afin de préparer la Conférence de l'ONU sur le développement durable qui se tiendra à Rio de Janeiro en 2012 et la Conférence annuelle de la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC).

« Nous avons besoin de définir un modèle de développement pragmatique pour le 21e siècle qui prend en compte les problèmes clés de notre époque : la réduction de la pauvreté, l'emploi, les inégalités, le changement climatique, l'eau, l'énergie et la sécurité alimentaire », a plaidé la Vice Secrétaire générale de l'ONU.

« En résumé, cela nécessite une approche holistique pour répondre aux défis multiples et complexes de notre époque », a-t-elle conclu.


News Tracker: autres dépêches sur la question

Climat : éradiquer la pauvreté en passant à une économie verte

En savoir plus





Coup de projecteur