Côte d'Ivoire : l'UNICEF lance une campagne de vaccination contre la rougeole

Des milliers d’Ivoiriens ont fui le quartier d’Abobo à Abidjan.

7 mars 2011 – Plus de 1,7 million d'enfants seront vaccinés contre la rougeole et d'autres maladies au cours d'une campagne de vaccination de grande ampleur qui sera menée du 7 au 11 mars à Abidjan, alors que la capitale commerciale de la Côte d'Ivoire est en proie à des violences postélectorales qui ont forcé près de 200.000 personnes à quitter leur foyer la semaine dernière.

« Dans une crise, nous devons agir rapidement pour vacciner tous les enfants sans quoi nous courons le risque d'une épidémie étendue, surtout en zone urbaine, » a expliqué le Représentant de l'UNICEF en Côte d'Ivoire, Agostino Paganini. « Malgré l'impasse politique, l'Etat doit assurer des services de santé de base pour toute la population ».

« Toutes nos équipes de vaccination à Abidjan, soit plus de 5.000 personnes, sont mobilisées pour mener à bien cette campagne de vaccination et s'assurer que les enfants demeurent en bonne santé, » a déclaré le Dr Simplice Anongba, Directeur général de la santé au Ministère de la Santé et de l'Hygiène publique.

Tous les enfants âgés de six mois à cinq ans recevront leur dose de vaccin contre le virus mortel de la rougeole ainsi qu'un supplément de vitamine A et un comprimé de déparasitant. Pour les enfants des quartiers où le choléra fait rage en ce moment, ils recevront aussi une barre de savon pour apporter à la maison et trois sachets de sels de réhydratation orale à prendre dès les premiers symptômes d'une diarrhée. De plus, tous les enfants de moins d'un an recevront les autres vaccins de routine.

« Une des premières actions à mener en période de crise qui entraîne des déplacements de populations est de vacciner tous les enfants contre la rougeole, » a expliqué le Dr Mamadou Ball,

Représentant de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) en Côte d'Ivoire. « La rougeole est une maladie très contagieuse et une des principales cause de mortalité chez les jeunes enfants ».

Les élections contestées de novembre 2010 en Côte d'Ivoire ont déclenchée une montée de violence dont les conséquences humanitaires pour les femmes et les enfants sont immenses. Les épidémies telles que la rougeole, la fièvre jaune, le choléra et la méningite ont fait leur apparition dans plusieurs régions du pays alors que les services de santé publique peinent à opérer dans cette crise politique.

Depuis février, des coupures de courant électrique généralisées dans le nord du pays ont interrompu l'approvisionnement en eau potable dans les villes. Les risques d'épidémies qui pourraient affecter toute la population pointent à l'horizon si aucune action rapide n'est prise pour rétablir l'accès à l'eau potable et à des conditions d'hygiène adéquate, conclut l'UNICEF.


News Tracker: autres dépêches sur la question

Côte d’Ivoire : le Conseil de sécurité craint un retour de la guerre civile

En savoir plus





Coup de projecteur