Climat : l'ONU rappelle l'importance de l'aide aux États insulaires du Pacifique

L'île Castaway, Fidji.

4 mars 2011 – Soulignant que les États insulaires du Pacifique sont « sur la ligne de front » de la bataille contre le changement climatique, le Secrétaire général, Ban Ki-moon, a promis le soutien de l'ONU pour les aider à atténuer les conséquences et l'impact de celui-ci sur ces Etats vulnérables.

« Comme vous le savez, le temps est compté. Nous devons faire tout notre possible, partout où nous le pouvons, aussi rapidement que nous le pouvons, pour protéger les plus vulnérables », a déclaré Ban Ki-moon dans un message adressé à la Conférence ministérielle régionale sur les changements climatiques dans le Pacifique, organisée à Port Vila, au Vanuatu.

« Il est extrêmement important pour les pays insulaires du Pacifique de continuer à faire entendre leur voix sur le changement climatique. Vos communautés sont en première ligne de cette menace mondiale. Les petits Etats insulaire en développement (PEID) sont parmi les plus vulnérables au climat et vous connaissez directement le potentiel destructeur de la hausse du niveau des mers, des tempêtes plus intenses et d'autres dangers liés au climat », a-t-il poursuivi.

Dans son message, le chef de l'ONU a estimé qu'il était « crucial » de faire des progrès dans les négociations internationales sur les divers moyens de lutter contre le changement climatique et ses effets, à l'heure où le monde se prépare à la prochaine conférence de la Convention cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC) qui se tiendra à Durban, en Afrique du Sud, en décembre prochain.

Il a également appelé à tirer les enseignements de la dernière réunion de la CCNUCC à Cancún, au Mexique, en décembre dernier, lorsqu'un accord a été trouvé sur la formalisation des engagements pris sur l'atténuation du changement climatique, la responsabilisation des Etats et des actions concrètes contre la déforestation qui représente près de un cinquième des émissions mondiales de carbone.

« Nous devons également continuer de faire pression en faveur de réductions des émissions de gaz à effet de serre conformes à ce que la science indique comme nécessaire », a-t-il poursuivi. « Et nous avons aussi besoin de ressources pour soutenir les efforts d'adaptation et de construction de capacités propres, une priorité pour de nombreux pays qui sont présents ».

Les actions au niveau nationales doivent montrer la voie à suivre pour produire des résultats clairs sur le terrain, a-t-il conclu, avant de se féliciter des efforts de certains États insulaires du Pacifique qui renforcent leur résilience et tentent de réduire les risques de catastrophes naturelles et leurs conséquences.


News Tracker: autres dépêches sur la question

Changement climatique : après Cancun 2010, les Etats doivent préparer Durban 2011

En savoir plus





Coup de projecteur