Alimentation : l'ONU juge qu'il faut se préparer à l'impact d'une hausse des prix

Le droit à l'alimentation, un défi du 21e siècle.

18 février 2011 – L'incertitude liée à l'approvisionnement des denrées alimentaires et à leurs variations de prix depuis 2008 contribue à l'insécurité alimentaire, à la pauvreté, à la faim et à l'instabilité politique, et il faut se préparer à l'impact de la récente hausse des prix, a déclaré vendredi le Coordonnateur de l'Équipe spéciale de haut niveau du Secrétaire général de l'ONU sur la crise mondiale de la sécurité alimentaire, David Nabarro.

Les analyses établies par l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO), le Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF) et la Banque mondiale montrent une nouvelle hausse des prix des denrées alimentaires depuis la mi-2010.

« Le monde doit être prêt à répondre à l'impact des hausses de prix et aux chocs de l'offre sur la vie, l'alimentation et les moyens de subsistance des pauvres », a dit M. Nabarro, qui intervenait par visioconférence depuis Genève. Il a lu une déclaration au nom des 22 membres de l'Équipe spéciale au Conseil économique et social (ECOSOC).

« Le système des Nations Unies, dans son ensemble, travaille à comprendre la hausse actuelle des prix qui a déjà provoqué des difficultés, et à y répondre », a-t-il dit. « Nous sommes mieux préparés qu'il y a trois ans, mais la situation est plus complexe. »

Selon le Programme alimentaire mondial (PAM), la faim et l'insécurité alimentaire constituent déjà une crise chronique qui touche 925 millions de mal-nourris à travers le monde, dont un tiers en Afrique. De même, les prix des denrées alimentaires, à l'exception du riz, ont retrouvé leur taux record de 2008.

Dans sa déclaration, l'Équipe spéciale précise que le système des Nations Unies est désormais mieux à même d'« analyser ce qui arrive, d'anticiper les tendances futures et, le plus important, de coordonner les réponses de manière à protéger les moyens de subsistance des foyers, à développer des marchés alimentaires locaux et à stimuler un redressement rapide, y compris par un accroissement de la production des petits exploitants ».

Le 28 avril 2008, le Secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon, a mis en place cette Équipe spéciale pour « promouvoir une réponse unifiée au défi mondial posé par l'insécurité alimentaire, notamment en créant un plan d'action avec des priorités et en coordonnant sa mise en œuvre ».

Cette Équipe, qu'il préside, est composée des responsables des institutions spécialisées, des fonds et des programmes des Nations Unies, des institutions de Bretton Woods et des parties concernées du Secrétariat de l'ONU. Le Directeur de la FAO, Jacques Diouf, en est le Vice-Président.


News Tracker: autres dépêches sur la question

L'ONU tire la sonnette d'alarme face à la flambée des prix alimentaires

En savoir plus





Coup de projecteur