Journée mondiale de l’Holocauste : l’ONU rend hommage aux femmes

27 janvier 2011 – A l’occasion de la Journée internationale dédiée à la mémoire des victimes de l’Holocauste, le Secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, a rendu un hommage spécial cette année aux femmes victimes de l’Holocauste et à l’héritage qu’elles ont laissé.

« Mères et filles, grand-mères, soeurs et tantes, elles ont vu leur vie changer à tout jamais, leur famille dispersée et leurs traditions anéanties. Malgré la discrimination, les privations, elles ont toujours résisté à leurs persécuteurs. Rendons hommage à ces femmes et à l’héritage qu’elles nous ont laissé », a dit Ban Ki-moon dans un message rendu public pour cette journée du souvenir.

Le Secrétaire général a rappelé que ces femmes avaient « rejoint la résistance, sauvé ceux en danger, fait entrer clandestinement des vivres dans les ghettos et consenti de douloureux sacrifices pour garder leurs enfants en vie ». « Leur courage continue de nous inspirer. Prenons l’engagement de créer un monde où de telles atrocités ne pourront jamais se reproduire », a-t-il insisté.

De son côté, la Haut commissaire aux droits de l’homme de l’ONU, Navi Pillay, a estimé que « les horreurs de l’Holocauste, perpétrées avec une cruauté systémique, sur une population aussi importante, pendant tant d’années, restent aussi difficiles à comprendre aujourd’hui qu’autrefois ».

« C’est une journée du souvenir pour les millions de juifs, hommes, femmes et enfants, ainsi que pour des milliers d’autres victimes, y compris les Roms, les Slaves, les handicapés, les homosexuels, les Témoins de Jéhovah, les communistes et d’autres dissidents politiques dont les vies ont été brutalement interrompues par l’idéologie de la haine des nazis et de leurs alliés », a-t-elle poursuivi.

Dans son communiqué, la chef des droits de l’homme au sein de l’ONU a souhaité que cette commémoration rappelle « les risques de la marginalisation de certains groupes dans les sociétés » et le danger « que les paroles haineuses se traduisent en actes haineux ». Pour la Haut commissaire aux droits de l’homme, « la menace de génocide demeure ».

« Le génocide est l’expression la plus ultime et la plus terrible de l’intolérance, de la xénophobie et du racisme », a-t-elle poursuivi, espérant que cette journée montre l’importance d’agir « plus résolument dès qu’apparaissent les premiers signes d’un climat favorable à un génocide ».

Elle a rappelé l’importance de traduire en justice les auteurs de tels crimes, comme ce fut le cas devant les tribunaux internationaux ad hoc mis en place pour juger les génocides, crimes de guerre et crimes contre l’humanité au Rwanda et en ex-Yougoslavie.

Soulignant que ces deux juridictions spéciales, tout comme la Cour pénale internationale, étaient une émanation des procès de la barbarie nazie à Nuremberg, elle a appelé une nouvelle fois tous les Etats membres à ratifier le Statut de Rome de la Cour pénale internationale, dont la raison d’être est aussi « la lutte contre l’impunité ».

« Nous ne pourrons jamais compenser l’Holocauste, ou rendre justice à ses millions de victimes et leurs descendants, mais nous pouvons au moins faire en sorte que par le souvenir de leurs souffrances, la souffrance des autres soit atténuée, aujourd’hui et dans l’avenir », a conclu Navi Pillay.

Le 1er novembre 2005, par la résolution 60/7 intitulée « Mémoire de l’Holocauste », l’Assemblée générale de l’ONU a décidé que chaque année, le 27 janvier (date d’anniversaire de la libération du camp d’extermination d’Auschwitz), soit commémorée la Journée internationale dédiée à la mémoire des victimes de l’Holocauste.

Cette année, pour les célébrations de cette journée, une série d’évènements est organisée par l’ONU, dans les centres d’information de l’ONU du monde entier, ainsi qu’au siège de l’organisation à New York, qui accueille en particulier dans son hall, une exposition intitulée « La mémoire vive », présentant les dessins d’un prisonnier inconnu du camp dAuschwitz et vise à présenter aux nouvelles générations l’héritage des survivants.

Le programme complet des activités de l’ONU, au siège de New York et dans tout le reste du monde est disponible sur le site internet de cette Journée internationale : http://www.un.org/french/holocaustremembrance/2011/index.shtml


News Tracker: autres dépêches sur la question

Holocauste : l’ONU a le devoir de défendre les droits de l’homme, selon Ban Ki-moon

Coup de projecteur