Ban Ki-moon appelle le Conseil des droits de l'homme à être constructif et impartial

Le Conseil des droits de l’homme à Genève.

25 janvier 2011 – Le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a appelé mardi le Conseil des droits de l'homme à être « constructif » et à faire preuve « d'impartialité » et « d'objectivité » dans l'exécution de son travail « vital » pour la communauté internationale.

« Affronter les problèmes de droits de l'homme est la première étape, les actions entreprises pour les résoudre nous font tous avancer vers le progrès. Sur ce chemin, nous devons braquer les projecteurs sur les abus qui ont lieu partout dans le monde », a-t-il estimé dans un discours devant cet organe de l'ONU installé à Genève, en Suisse.

Ban Ki-moon a salué l'efficacité du système de procédures spéciales mis en place par le Conseil des droits de l'homme, qui permet à des experts indépendants mandatés par celui-ci de voyager dans le monde, de prendre note des situations qu'ils constatent de visu ou qui leur sont rapporté au travers d'entretiens ou de témoignages de responsables politiques ou de représentants de la société civile et d'en rendre compte ensuite au Conseil. Parmi les procédures spéciales existantes figurent également l'organisation de séances thématiques et de missions d'enquête internationale.

« Davantage doit être fait pour dépasser les intérêts nationaux et régionaux », a toutefois estimé le Secrétaire général, « si ce Conseil veut tenir les promesses que sa création a suscité, vous devez aller au-delà de ces considérations étroites ».

« Pour que le Conseil des droits de l'homme s'acquitte de son mandat, il doit être considéré comme impartial et équitable », a-t-il insisté.

Pour Ban Ki-moon, le Conseil « ne peut pas être perçu comme un organe dirigé par des préjugés ou des intérêts particuliers ». « Il ne peut pas être un lieu où certains pays sont visés, pendant que d'autres sont ignorés. Il ne peut pas être un lieu où certains membres ne regardent pas les violations des droits de l'homme d'autres pays, dans le but d'éviter un examen sur eux-mêmes », a-t-il encore ajouté.

Considérant ensuite que l'indépendance des experts et rapporteurs désignés par le Conseil pour des missions spécifiques ou dans des domaines spécifiques « ne peut et ne doit pas être entravée », il a estimé que les « comportements irresponsables qui sapent la crédibilité du Conseil et de l'ONU ne peuvent pas être tolérés ».

Il a notamment cité l'exemple de récents commentaires faits par le Rapporteur spécial de l'ONU sur la situation des droits de l'homme dans les territoires palestiniens occupés, Richard Falk, sur son blog, dans lesquelles il suggérait qu'il y avait eu une « opération de dissimulation » dans les attentats du 11 septembre 2001 aux Etats-Unis.

« Je condamne ce genre de rhétorique incendiaire, a déclaré Ban Ki-moon, « c'est absurde, c'est un affront à la mémoire des plus de 3.000 personnes qui sont mortes dans cette attaque tragique ».

Le Secrétaire général a par ailleurs mis en garde les 47 Etats membres du Conseil contre toute approche « sélective » dans la promotion des droits de l'homme. « Nous devons nous pencher sur l'intégralité des droits de l'homme, avec la même force, qu'ils soient civils, culturels, économiques, sociaux ou politiques. En termes simples, notre mot d'ordre devrait être : tous les peuples, tous les pays, tous les droits », a-t-il conclu.


News Tracker: autres dépêches sur la question

Droits de l'homme : l'ONU salue le courage de ceux qui s'expriment

En savoir plus