A la demande du Cameroun et du Nigéria, l'ONU aide les populations frontalières

7 décembre 2010 – A la demande du Cameroun et du Nigéria, les équipes de l'ONU dans ces deux pays se sont rencontrées mardi à Abuja, au Nigéria, pour jeter les bases d'une plus grande collaboration dans l'appui apporté aux populations frontalières de la péninsule de Bakassi, sur la côte Atlantique, et des rives du lac Tchad, aux confins nord des deux pays.

La réunion visait à renforcer la confiance entre les populations en identifiant les moyens disponibles pour créer des synergies entre les programmes de développement des gouvernements nigérian et camerounais et ceux des équipes pays de l'ONU, le long de la frontière terrestre dans la région du lac Tchad et dans la péninsule de Bakassi.

Ces populations sont en effet directement concernées par la mise en œuvre de la décision de la Cour internationale de Justice (CIJ) rendue en octobre 2002, qui met un terme au conflit frontalier entre le Cameroun et le Nigéria.

La CIJ avait en effet reconnu la souveraineté du Cameroun sur la partie terrestre de la péninsule de Bakassi, à l'exception de deux villages. Elle avait également fixé la frontière dans la région du lac Tchad, en rejetant les prétentions du Nigéria sur la zone de Darak et des villages environnants.

En sa qualité de Président de la Commission mixte Cameroun-Nigeria, créée en 2002 pour mettre en œuvre la décision de la CIJ, le Représentant spécial de l'ONU pour l'Afrique de l'Ouest, Said Djinnit, a conduit la réunion d'Abuja.

Y ont participé les coordonnateurs résidents de l'ONU au Cameroun et au Nigéria, Thierry Mertens et Daouda Touré, ainsi que des hauts fonctionnaires des deux pays.

« Le soutien de l'ONU sera défini sur la base de missions d'évaluation conjointes sur le terrain », a indiqué le Bureau de l'ONU en Afrique de l'Ouest dans un communiqué. « Ces missions viseront à identifier les domaines d'intervention qui peuvent permettre d'améliorer des conditions de vie des populations concernées et de renforcer leur confiance dans la mise en œuvre de la décision de la CIJ », a-t-il encore précisé.

« L'ONU s'attachera à offrir des perspectives de développement durable pour les populations concernées », conclu le communiqué.


News Tracker: autres dépêches sur la question

Cameroun et Nigéria: Le transfert de Bakassi un triomphe pour le droit