G20 : l'ONU appelle à investir dans le développement

12 novembre 2010 – Le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a appelé vendredi les dirigeants du G20, réunis en sommet à Séoul, à investir dans le développement, pour aider non seulement des millions de gens qui souffrent de la crise économique mais aussi pour améliorer la vie des plus pauvres de la planète.

« Investir dans le développement, c'est investir dans la redressement de tout le monde », a-t-il dit au G20, qui réunit les principales puissances économiques mondiales, lors d'une réunion consacrée au développement.

Le Secrétaire général a rappelé l'engagement renouvelé exprimé par les dirigeants du monde lors du sommet tenu à New York en septembre à réaliser les Objectifs du millénaire pour le développement d'ici à 2015.

« Lors de ce sommet, nous avons entendu un mot qui a été répété à plusieurs reprises. Ce mot est "responsabilité". Les promesses faites doivent être des promesses tenues. Nos mots doivent se traduire en action sur le terrain », a dit Ban Ki-moon.

Il a insisté sur la nécessité de continuer à se concentrer sur les Objectifs du millénaire pour le développement, mais aussi à procéder à des investissements stratégiques et à respecter les promesses en termes de financement.

« Les populations du monde entier nous regardent. Beaucoup de gens sont anxieux et en colère. Ils ont peur pour leur emploi, leur famille et leur avenir. C'est à nous de montrer que nous comprenons et que nous voulons agir », a-t-il dit.

Ban Ki-moon a également prononcé un discours lors d'un déjeuner de travail des dirigeants du G20 sur le changement climatique et la croissance verte. Il a souligné la nécessité de faire des progrès sur tous les fronts, notamment en matière de financement, d'adaptation et de coopération technologique, dans la perspective de la Conférence de l'ONU sur le climat à Cancun (Mexique), le mois prochain.

« Le financement est crucial pour obtenir des progrès dans les négociations », a dit le Secrétaire général. Il a appelé les pays développés du G20 à contribuer de « manière juste et transparente » pour assurer le financement pour la période 2010-2012. « Les pays en développement attendent de nouveaux financements, pas une aide au développement reformatée », a-t-il ajouté.

Il a aussi appelé les parties prenantes à augmenter leurs contributions pour atteindre l'objectif de 100 milliards de dollars par an d'ici à 2020 pour aider les pays en développement à affronter le changement climatique. « C'est difficile mais faisable », a-t-il dit.

En marge du Sommet du G20, Ban Ki-moon a eu des entretiens bilatéraux avec le Premier ministre de Turquie, Recep Tayyip Erdogan. Ils ont discuté des Objectifs du millénaire pour le développement et du Moyen-Orient.

MM. Ban et Erdogan ont également parlé de Chypre et des pourparlers tripartites prévus à New York le 18 novembre avec les dirigeants des deux communautés chypriotes grecque et turque.

« Le Secrétaire général a déclaré que les dirigeants devraient montrer le courage nécessaire pour mettre fin à l'impasse sur les questions clés en suspens. Le Secrétaire général a déclaré qu'il comptait sur l'engagement continu de la Turquie », a souligné son porte-parole.


News Tracker: autres dépêches sur la question

Avant le G20, Ban Ki-moon appelle à réaliser les objectifs contre la pauvreté

Coup de projecteur