Iraq : Navi Pillay s'inquiète des révélations de Wikileaks

Navi Pillay.

26 octobre 2010 – La Haut commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme, Navi Pillay, est inquiète des informations révélées par Wikileaks concernant les violations des droits de l'homme en Iraq, a déclaré mardi le Haut Commissariat des Nations Unies aux droits de l'homme (HCDH).

« Les rapports indiquent que les États-Unis étaient au courant de l'utilisation généralisée de la torture et des mauvais traitements infligés aux détenus par les forces iraquiennes, et ont pourtant procéder au transfert de milliers de prisonniers arrêtés par les forces américaines aux autorités iraquiennes entre début 2009 et juillet 2010 », souligne le HCDH dans un communiqué, qui s'alarme également des informations révélées sur « de nombreuses situations dans lesquelles les forces américaines ont tué des civils, notamment à des check-points ou lors d'opérations ».

« Ces informations s'ajoutent aux préoccupations de la Haute commissaire aux droits de l'homme de l'ONU, Navi Pillay, sur des violations graves du droit international et des droits de l'homme en Iraq, y compris des exécutions sommaires d'un grand nombre de civils et l'usage de la torture contre des détenus », poursuit le communiqué au sujet de la publication par le site internet Wikileaks de rapports confidentiels sur la guerre en Iraq.

« Les autorités américaines et irakiennes doivent prendre les mesures nécessaires pour enquêter sur toutes les allégations formulées dans ces rapports et traduire en justice les responsables de ces homicides illégaux, exécutions sommaires, torture et autres graves atteintes aux droits humains, conformément aux obligations qui leur incombent en vertu du droit international », écrit encore le HCDH.

Dans ce communiqué, Navi Pillay demande aussi à l'Iraq de ratifier la Convention contre la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants et son Protocole facultatif, qui donne à la sous-commission de l'ONU sur la prévention de la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants, le droit de visiter tous les lieux de détention des Etats parties et d'y examiner le traitement imposé aux personnes détenues.

Elle demande aussi instamment au gouvernement iraquien « de faciliter les visites de l'équipe des droits de l'homme de la Mission des Nations Unies pour l'Iraq (MANUI) afin qu'elle surveille la situation des droits humains dans les centres de détention et qu'elle fournisse au gouvernement iraquien les conseils et l'assistance nécessaires ».


News Tracker: autres dépêches sur la question

Ban Ki-moon condamne une attaque contre un convoi de l’ONU en Iraq

En savoir plus






Coup de projecteur