Ban Ki-moon : le monde doit être uni dans cette période où il est mis à l’épreuve

Le Secrétaire général Ban Ki-moon devant l’Assemblée générale de l’ONU le 23 septembre 2010.

23 septembre 2010 – A l'occasion de l'ouverture du débat général de haut niveau de la 65e Assemblée générale de l'ONU, le Secrétaire général Ban Ki-moon a appelé les Etats Membres « à unir leur forces » alors que le monde traverse une période où il est mis à l’épreuve, qu’il s’agisse des inégalités sociales, de la pauvreté, des conflits, du changement climatique et du « langage de haine » qui émerge.

« Nous les membres de Nations Unies sommes attachés à des responsabilités et des obligations sacrées : faire attention aux bien être des autres, résoudre les conflits pacifiquement, agir dans le monde avec empathie et compréhension, mettre la tolérance et le respect mutuel au fondement de la civilisation », a déclaré Ban Ki-moon devant les 192 membres de l'Assemblée générale.

Des dizaines de chefs d'Etat et de gouvernement doivent s'exprimer lors de ce débat général au cours des jours qui viennent, sur des sujets aussi variés que le changement climatique, les conflits, les droits de l'homme, le développement économique et la sécurité alimentaire.

Ce débat suit trois jours de Sommet sur les OMD, au cours duquel les dirigeants ont affirmé que les objectifs fixés en 2000 en matière d'éducation, de réduction de la pauvreté, de lutte contre les maladies et de protection de l'environnement pouvaient être atteints dans les cinq ans qui viennent grâce à un renforcement des partenariats internationaux et davantage de ressources.

« Aujourd'hui nous sommes testés. Les inégalités sociales augmentent, entre les nations et à l'intérieur d'entre elles. Partout, les populations sont dans la peur de perdre leurs travails et leurs revenus. Trop de personnes sont pris dans les conflits, les femmes et les enfants en supportent le plus grand poids. Nous constatons aussi une nouvelle politique en marche, une politique de polarisation. Nous entendons un langage de haine, de fausses divisions entre 'eux' et 'nous', ceux qui insistent sur 'leur route' et 'pas de route' », a ajouté le Secrétaire général de l'ONU.

S'agissant des Objectifs du millénaire pour le développement (OMD), Ban Ki-moon a souligné les progrès considérables qui avaient été accomplis grâce « à notre détermination commune », soulignant que de nombreux efforts restaient à faire pour réaliser les cibles qui doivent être réalisées d'ici à 2015. Il a rappelé le lancement mercredi de la Stratégie globale pour la santé maternelle et infantile pour laquelle la communauté internationale a promis d'octroyer 40 milliards de dollars. Le Secrétaire général a aussi rappelé la création de l'ONU Femmes afin de réduire les inégalités de genres et renforcer l'autonomisation des femmes.

« En autonomisant les femmes, nous autonomisons les sociétés », a-t-il martelé, se félicitant de la nomination de l'ancienne Présidente du Chili, Michelle Bachelet à la tête de cette nouvelle entité.

Ban Ki-moon a réitéré son appel aux Etats Membres à prendre les décisions nécessaires face au réchauffement climatique. « Sur le long terme, nous serons confrontés à un défi du 50-50-50 : d'ici à 2050, la population mondiale va croitre de 50% et nous aurons besoin de réduire les émissions de gaz à effets de serre de 50% », a dit le chef de l'ONU en soulignant qu'il était confiant sur les prochains sommets sur le climat afin « de stimuler la réflexion pour le sommet de Rio+20 en 2012 ».

Sur la sécurité et l'établissement d'un monde exempt d'armes nucléaires « nous avons constaté un nouvel élan ». Citant la signature d'un nouveau traité START entre les Etats-Unis et la Fédération de Russie qui vise à réduire de manière coordonner les arsenaux nucléaires des deux pays, le Secrétaire général s'est aussi félicité des succès de la conférence d'examen du Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires et des progrès sur le Traité d'interdiction complète des essais nucléaires.

« Allons nous avancer dans notre travail sur la non-prolifération et le désarmement ou allons-nous faire marche arrière ? Cela dépend de nous », a plaidé Ban Ki-moon.

Il a rappelé aux Etats Membres les opérations humanitaires d'envergure que l'ONU a été en mesure de mettre en œuvre après les catastrophes naturelles en Haïti et au Pakistan mais aussi dans les situations de conflits comme en Somalie, au Soudan, au Niger ou encore à Gaza. Le Chef de l'ONU a également souligné le travail de diplomatie effectué en faveur de la paix au Moyen-Orient au sein du Quatuor et les nombreux efforts déployés dans plusieurs pays pour la tenue d'élections libres notamment en Guinée, en Iraq ou en Afghanistan.

« Souvenons-nous que pendant cette période difficile : nous sommes testés. Souvenons-nous que nous avons perdu de nombreuses vies en service pour nos idéaux, souvenons-nous que le monde observe les Nations Unies pour y trouver de la morale et un leadership », a déclaré Ban Ki-moon.

« Ces grands objectifs sont à portée de main. Nous pouvons les réaliser et aller de l'avant ensemble en unissant nos forces en tant que communauté des nations, au nom du bien général », a-t-il conclu.


News Tracker: autres dépêches sur la question

Objectifs du millénaire : les Etats membres réaffirment leur engagement

En savoir plus






Coup de projecteur