Ban Ki-Moon : l'alimentation pendant les 1000 premiers jours de la vie est cruciale

Mesure du périmètre brachiale d’un enfant malnutri.

21 septembre 2010 – Les enfants sous-alimentés sont plus enclins à tomber malades et payent souvent de leur vie cette malnutrition, a souligné mardi le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, lors d'un forum organisé en marge du Sommet de l'ONU sur les Objectifs du millénaire pour le développement (OMD) à New York.

Intitulé « 1000 jours : changer une vie, changer l'avenir », la réunion a rassemblé des responsables politiques, des membres d'organisations non gouvernementales et des représentants du secteur privé, tous réunis pour se pencher sur les moyens d'enrayer la malnutrition infantile.

Après avoir rappelé que « les femmes pauvres ne mangent pas suffisamment d'aliments riches en nutriments pendant leurs grossesses et ne peuvent donc pas en offrir à leurs enfants nouveau-nés », le Secrétaire général a présenté deux nouvelles initiatives destinées à enrayer le cercle vicieux de la malnutrition.

Baptisée SUN, la première est une feuille de route pour éliminer la malnutrition infantile, élaborée a partir de vaste consultations internationales et financée par le Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF), la Banque mondiale, le gouvernement du japon et la Fondation Bill & Melinda Gates.

Appelé « Mouvement des 1000 jours », la seconde initiative est un programme de nutrition qui repose sur des études scientifiques ayant montré l'importance des 1000 jours qui s'écoulent entre le début d'une grossesse et le deuxième anniversaire de l'enfant. Les recherches ont en effet montré qu'une bonne nutrition pendant cette période de 1000 jours qualifiée par certains spécialistes « d'intervalle d'or » peut radicalement changer le sort de millions d'enfants a priori condamnés.

« Je soutiens fermement ces deux initiatives. Elles peuvent nous aider à faire des avancées significatives dans la réalisation de l'OMD n°1 qui prévoit de lutter contre la faim et la pauvreté », a insisté Ban Ki-moon, avant de demander que soit élargit « l'éventail des donateurs et les ressources disponibles ».

Ces programmes sont extrêmement rentables et donnent la priorité à la mère et à son régime alimentaire pendant sa grossesse, dont découlera celui de son bébé, a encore ajouté Ban Ki-moon.

Selon lui, « si les politiques de développement global sont sensibles à l'importance de « l'intervalle d'or » de mille jours, une grande différence peut être faite dans l'éradication de la malnutrition ».

« C'est l'occasion unique de mettre du soleil dans la vie des enfants du monde entier » a encore estimé Ban Ki-moon, qui s'est félicité que cette initiative ait déjà reçu le soutien de plus d'une centaine de bailleurs de fonds privés et responsables politiques, comme la Secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton qui assistait au Forum.

Etaient également présents les ministres irlandais et ougandais des affaires étrangères, Micheál Martin et Sam Kutesa, le représentant de l'Union africaine, Jean Ping, le Président de l'ONG « Pain pour le Monde », David Beckmann, et plusieurs représentants d'entreprises multinationales comme le n°2 de Coca-Cola, Muhtar Kent, ou le Président de la Fondation Nike, Maria Eitel.


News Tracker: autres dépêches sur la question

Le PAM inquiet des taux de malnutrition au Tchad, plus confiant au Niger

En savoir plus





Coup de projecteur