La justice pour les femmes, clé des Objectifs du millénaire, selon l'UNIFEM

Ines Alberdi, Directrice exécutive de l’UNIFEM.

20 septembre 2010 – La lutte contre les inégalités et la discrimination est la clé des progrès à venir pour tous les Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD), indique le Fonds des Nations Unies pour la femme (UNIFEM) dans un rapport rendu public lundi, en marge du Sommet de l'ONU sur les OMD.

Selon ce rapport intitulé « La justice pour les femmes : la clé pour atteindre les OMD », la justice pour les femmes, qui requiert l'éradication des inégalités entre les femmes et les hommes, mais aussi la lutte contre les injustices provoquées par la discrimination envers les femmes et les filles, est une composante centrale des efforts à mener pour achever les OMD.

Malgré des avancées importantes, les progrès les plus lents sont enregistrés dans les objectifs relatifs à l'égalité des sexes, estime l'agence onusienne, qui rappelle qu'à cinq ans de la date butoir fixée pour réaliser les OMD, « les progrès peuvent être accélérés en se concentrant sur quatre domaines clefs ».

1/ Elargir les services publics favorables aux femmes

La plupart des OMD dépendent d'une prestation de services efficace, souligne l'UNFEM. Les données sur les progrès réalisés dans de nombreux pays montrent qu'il existe des écarts significatifs dans l'accès aux services entre les populations rurales pauvres et urbaines riches, notamment pour les femmes et les filles. Selon l'UNIFEM, il est donc nécessaire de passer à l'action pour :

- Eliminer les frais d'utilisation qui constituent une entrave majeure à l'accession à l'éducation et aux soins de santé, pour permettre aux femmes les plus pauvres d'accéder aux services publics. L'élimination des frais de scolarité dans le secondaire dans de nombreux pays a ainsi permis d'augmenter les inscriptions des filles. Il en est de même avec les services de santé, qu'il s'agisse de procréation ou de prévention et de traitement du VIH/Sida.

- Augmenter le nombre de femmes en première ligne de la fourniture de services, y compris dans l'éducation, les soins de santé et la vulgarisation agricole. L'accès à ces emplois crée des avantages économiques, augmente l'utilisation des services par les femmes et permet d'imposer des modèles positifs pour les filles.

2/ Garantir la terre et les emplois aux femmes

L'UNIFEM rappelle qu'il est essentiel d'offrir des opportunités d'emplois décents et de permettre l'acquisition de biens pour les femmes. Actuellement, les femmes ne contrôlent qu'une infime fraction des terres de la planète et comptent pour plus de la moitié des personnes occupant un emploi précaire. Travail décent et biens économiques demeurent donc hors de leur portée.

L'UNIFEM souligne que la réduction de la pauvreté et de la faim nécessite :

- Une garantie juridique des droits fonciers des femmes et l'assurance que des lois sont mises en place pour renforcer la sécurité économique des femmes.

- Des politiques sociales et économiques dont l'objectif premier est la création d'emplois productifs à temps plein pour les femmes, en particulier dans le contexte de la crise économique actuelle.

- Des mesures pour éliminer les écarts de salaires entre les femmes et les hommes, y compris en permettant aux femmes d'accéder à des emplois plus qualifiés.

3/ Augmentation de la voix des femmes dans la prise de décisions

L'importance de la représentation politique des femmes est reconnue dans l'OMD n°3, rappelle l'UNIFEM, qui souligne que la justice pour les femmes exige des actions allant au-delà de la représentation politique formelle, afin de promouvoir une participation réelle avec une influence sur la prise de décisions. L'UNIFEM appelle donc à :

- Appliquer des mesures temporaires spéciales, y compris les quotas, dans toutes les sphères où les femmes se trouvent sous-représentées (politiques, prise de décisions sur le VIH, négociations de paix, conseils d'administration des entreprises).

- Investir et suivre la participation des femmes à la politique locale, aux partis politiques et à l'organisation de la communauté, une condition importante pour permettre aux femmes de devenir plus visibles au sein de leurs communautés et dans la prise de décisions politiques.

- Adopter des législations et investir dans les programmes visant à retarder le mariage précoce, qui prive les femmes de toute autonomie.

4/ Mettre fin à la violence contre les femmes et les filles

Le rapport de l'UNIFEM souligne enfin que les droits et opportunités des femmes et des filles « ne peuvent pas être réalisés tant que la violence et la crainte auxquelles elles sont quotidiennement confrontées ne sont pas éliminées ». Là encore, l'agence onusienne prône un certains nombres d'actions urgentes comme :

- Adopter et renforcer les lois nationales pour punir toutes les formes de violence contre les femmes et les filles.

- Renforcer la sensibilisation du public et la mobilisation sociale vis-à-vis de la tolérance zéro et de la prévention.

- Traiter systématiquement de la question de la violence sexuelle pendant et après les conflits.

Le rapport « La justice pour les femmes : la clé pour atteindre les OMD » de l'UNIFEM est disponible à: http://www.unifem.org/progress/pdfs/MDGBrief-Fra.pdf


News Tracker: autres dépêches sur la question

OMS : baisse d’un tiers de la mortalité maternelle, pas suffisant pour atteindre les OMD

En savoir plus





Coup de projecteur